A propos de l’égalité filles-garçons dans les projets de programmes Tribune collective

- [Télécharger l'article au format PDF]

La Rédaction du site internet national et de la revue Historiens & Géographes publie une série de tribunes libres afin d’ouvrir le débat dans le cadre des réflexions de la communauté éducative. Ces textes proposent des points de vue, des analyses qui appellent à la discussion. Ils n’engagent ni l’association ni la Rédaction.

Par Nicole Fouché [1]

Chère collègue, cher collègue,

Nous vous adressons ci-dessous le communiqué établi par un collectif de 14 associations préoccupées par l’absence de la problématique transversale de l’égalité filles-garçons dans les projets de programmes de primaire et de collège à l’occasion de la consultation nationale.

Malgré notre insistance et l’engagement des présidents du CSP (Conseil Supérieur des Programmes), plusieurs tentatives de rendez-vous (de mars 2014 à avril 2015) ont échoué. Nous le regrettons d’autant plus que les programmes qui sont soumis à la consultation nationale ignorent totalement la question du genre. Les associations qui avaient souhaité travailler avec le CSP, et quelques autres, se voient donc obligées de réitérer leurs propositions :

• Le principe d’égalité filles/garçons, femmes/hommes est absent des programmes (sauf très ponctuellement) alors qu’il est fondamental dans la compréhension et l’explication des sociétés et du monde. Nous souhaitons qu’il apparaisse comme tel dans toutes les disciplines et pour toutes les orientations d’éducation. Nous renvoyons aux prescriptions de la loi du 4 août 2014 ainsi qu’aux textes et directives officielles.

• Les programmes proposés sont quasi exclusivement rédigés au masculin. Nous souhaitons que leur rédaction soit au masculin ET AU FÉMININ (comme il a été retenu : « Les Françaises et les Français », nous proposons d’ajouter systématiquement les féminins : femmes et hommes, filles et garçons, citoyennes et citoyens, ouvrières et ouvriers, etc.).

• Les stéréotypes sexués ne doivent pas échapper à la vigilance de tout éducateur-éducatrice. Il importe donc que la lutte contre les stéréotypes fasse partie des recommandations officielles tant dans les orientations que dans l’ensemble des disciplines (sciences dures comme sciences sociales).

• L’intégration d’une réflexion sur le genre et l’égalité dans les programmes des différentes disciplines doit aider à comprendre comment les inégalités et les préjugés se perpétuent, et permettre de mieux les combattre.

Associations signataires :

  • APPROCHES PLURIDISCIPLINAIRES DU GENRE (ARPEGE),
  • ASSOCIATION DE JEUNES CHERCHEUSES ET CHERCHEURS EN ÉTUDES FÉMINISTES, GENRE ET SEXUALITÉS (EFIGIES),
  • ASSOCIATION DE RECHERCHE SUR LE GENRE EN ÉDUCATION ET FORMATION (ARGEF),
  • ASSOCIATION NATIONALE DES ÉTUDES FÉMINISTES (ANEF),
  • CENTRE HUBERTINE AUCLERT,
  • COORDINATION FRANÇAISE POUR LE LOBBY EUROPÉEN DES FEMMES (CLEF),
  • FEMMES & MATHÉMATIQUES,
  • FEMMES & SCIENCES,
  • FEMMES INGÉNIEURS,
  • INSTITUT ÉMILIE DU CHÂTELET (IEC),
  • LABORATOIRE DE L’ÉGALITÉ,
  • MNÉMOSYNE,
  • RÉUSSIR L’ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES (REFH),
  • RING (FÉDÉRATION DE RECHERCHE)

Les services de la Rédaction - Tous droits réservés. 08/06/2015.