Découvrir le château de la ville de Mayenne un nouveau musée

- [Télécharger l'article au format PDF]

Par Bernard Puissacq [1]

A quelques minutes de la gare de Laval, desservie par le TGV, la ville de Mayenne, un peu endormie au seuil des années 2000, doit retrouver un certain attrait grâce à son château.

Ce château d’apparence médiévale n’est pas un point de plus dans l’histoire des châteaux forts en France, les fouilles archéologiques des années 1993-2007 laissent entrevoir l’étendue - sur plus de 1000 années -, de la richesse historique, économique, culturelle d’un édifice du Maine entre Île-de-France et Bretagne.

Avec les nouvelles techniques de la représentation numérique, certains se sont posés la question : pourquoi ne pas faire un musée interactif dans lequel les jeunes visiteurs - comme les moins jeunes - pourraient suivre avec intérêt les étapes du développement du château et de la ville ; château qui fut forteresse militaire mais aussi prison ?D’aucuns se sont demandé si plusieurs thèmes ne pouvaient pas interférer entre eux, se compléter, pour donner un sens particulier à un parcours historique riche de rebondissements dans l’espace et dans le temps…

L’entrée du musée © Photo : Pelletier / Musée du château de Mayenne

I. Le développement des constructions du château de Mayenne dans le temps

Chaque partie représente une période précise dans l’histoire et les indices se lisent facilement dans les styles juxtaposés ou surimposés des constructions.

D’abord, le château de Mayenne laisse entrevoir des traces d’une construction carolingienne particulièrement visible depuis les dernières fouilles (1993-2007). Au rez-de-chaussée, la salle carolingienne ou « aula » est au cœur du premier niveau. Cette construction, dont les archéologues vont dégager des arcades en briques, date de 900. Elle a été édifiée par les comtes du Maine liés aux rois carolingiens, qui ont été chargés de défendre la région face aux Vikings et aux Bretons. On trouve, dans les murs, des matériaux venus de la ville voisine de Jublain preuves de son influence précoce.

Le château carolingien devient une forteresse militaire aux mains des châtelains de plus en plus indépendants après l’an 1000, les familles sont solidement implantées et leurs possessions sont héréditaires. Au XIIe siècle le bâtiment est surélevé d’un étage, le pouvoir royal reprend de l’influence et au XIIIe siècle, les comtes de Mayenne sont sous la dépendance des Capétiens ; le donjon est édifié et en impose…

Au XVe siècle, le château devient un lieu de garnison. C’est la fin de la guerre de Cent Ans et l’irruption de la Renaissance avec les affres des guerres de Religion. Au XVIIe siècle Mazarin, puis Louis XIV font tomber les tours, le château devient alors une prison…

II. La surimposition du complexe carcéral dans le cadre médiéval (le thème carcéral fait l’objet d’une exposition temporaire dans le cadre médiéval…)

En plus de l’aspect militaire, le côté carcéral est un sujet particulièrement évident et évolutif puisqu’on retrouve les époques évoquées précédemment. Le thème « prison », est assez porteur et nouveau chez les historiens. [2] Le château de Mayenne est érigé en prison départementale en 1824 et ce rôle est central pour plus d’un siècle. Le château était prison « privée » depuis la mi-XVIIe-siècle. Il devient prison publique sous la Restauration.

L’ancienne aula carolingienne a été séparée en deux salles distinctes (trous visibles pour accueillir un plancher …) ; une pour les détenus de longue durée, l’autre pour les prévenus relâchés rapidement. Le donjon du XIIIe siècle a été aménagé, un temps pour les détenus les plus dangereux. Quant au second niveau, une chapelle encore visible a été dessinée avec des décors en bois comportant : une ouverture sur le côté pour les hommes et une ouverture pour les femmes détenues... Chaque groupe pouvait assister aux offices.

Outre ces quelques salles aux fonctions précises selon les types de prisonniers, il est possible d’avoir une vision complète sur les instruments permettant de définir ce qui caractérise un prisonnier au XIXe siècle : compas d’épaisseur de têtes ; tables d’empreintes ; une vision aussi sur le personnel pénitentiaire…

Château de Mayenne © CDT53-2010-JC Druais

Conclusion

Les visiteurs pourront trouver à Mayenne des sujets d’études assez divers : expositions permanentes d’objets comme les pièces de monnaie trouvées dans la région ou les jetons et pièces de jeux (échecs et tabula plus connus sous le nom de trictrac ou backgamon), expositions temporaires aussi. [3]

On peut saluer la jeune équipe qui travaille avec le conservateur du musée. Les moyens modernes installés sont particulièrement utiles à la compréhension des époques et des styles, notamment les tables numériques. Elles sont utilisables par tous les publics. Elles permettront, à n’en pas douter, de faire revivre les heures et malheurs des sociétés du Haut Moyen Age jusqu’à nos jours.

Bernard Puissacq

Musée du château de Mayenne
Place Juhel
53 100 Mayenne
Site internet, lien ici

Pour tout renseignement

Tél : 02 43 00 17 47
Horaires d’ouverture :
Octobre à février : 10 h-12 h 30 / 14 h-18 h
Mars, avril, mai : 10 h-12 h 30/14 h-18 h
Juin à septembre : 10 h à 19 h
Fermeture en janvier et les lundis non fériés d’octobre à mai tarif gratuit pour les moins de 18 ans ; tarif plein 4 euros, réduit à 3 euros pour les groupes à partir de 10 personnes, handicapées, 18 -25 ans.

En savoir + en pièce jointe (dossier de presse en ligne).

Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes, 16/06/2015. Tous droits réservés.

Notes

[1Attaché à la Rédaction de la revue Historiens et Géographes

[2On peut élargir, évoquer les prisons centrales, les prisons départementales – apogée au XIXe siècle.

[3Il est prévu un nouveau thème en vogue « La santé à travers les âges » …