Disparition de Jacqueline Bonnamour, ancienne présidente de l’APHG Communiqué de l’APHG

- [Télécharger l'article au format PDF]

Paris, le 30 janvier 2020.

L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) a la tristesse de faire part du décès, survenu le 29 janvier, de son ancienne présidente nationale Jacqueline Bonnamour (née en 1924). Elle présida l’association (qui s’appelait alors Société des Professeurs d’Histoire et de Géographie - SPHG) entre 1972 et 1974.

Grande figure de la Géographie française, Jacqueline Bonnamour participa aux mutations de la discipline ainsi qu’à celles des institutions de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle consacra d’abord ses travaux au Morvan (thèse d’Etat achevée en 1966 : Le Morvan, la terre et les hommes, essai de géographie agricole).

Nommée professeur des universités à Rouen, elle fut ensuite professeur à Paris 1 Sorbonne. Parallèlement à ses fonctions d’enseignante, elle s’engagea au sein de la commission de la géographie rurale de l’Union Géographique Internationale, dont elle devint secrétaire. Elle mena ainsi des recherches sur la Politique agricole commune et prit une part active dans le développement des études comparatistes internationales en géographie agraire et rurale.

Très engagée dans la promotion de nos disciplines (elle fut par exemple directrice de la revue L’information Géographique), Jacqueline Bonnamour quitta la tête de la SPHG (devenue APHG en 1975 sous la présidence de Jean Peyrot) afin d’être nommée directrice de l’École Normale Supérieure de Fontenay Saint-Cloud de 1975 à la fin des années 1980. A ce poste, elle prit position en faveur de la mixité de l’École (devenue effective en 1981) et fut confrontée à la décision de sa délocalisation à Lyon (1987 pour l’École scientifique ; 2000 pour l’ENS Lettres et Sciences humaines).

Elle manifesta son amitié à l’APHG à plusieurs reprises, notamment en participant au comité scientifique de la Journée du Centenaire de l’association (née en novembre 1910) entre 2009 et 2010.

Jacqueline Bonnamour dirigea également les thèses de nombreuses générations de géographes parmi lesquels Violette Rey, Jean-Paul Charvet , Jean-Pierre Fruit, Monique Poulot  ou Nicolas Obadia... Elle revint sur son itinéraire dans un ouvrage publié en 2000 aux éditions de l’ENS : Du bonheur d’être géographe (collection « Sociétés, espaces, temps »). Elle fut élevée au grade de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur.

L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie s’incline devant la mémoire de Jacqueline Bonnamour et présente ses condoléances attristées à sa famille, à ses proches, à ses anciens collègues et doctorants. Un hommage lui sera rendu dans un prochain numéro de la revue Historiens & Géographes.

Jacqueline Bonnamour. Du bonheur d’être géographe, ENS Editions, 2000, 97 pages. DR.

Le Bureau national de l’APHG et la Rédaction de la revue Historiens & Géographes.

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes - Tous droits réservés. 30/01/2020.