Expérience Goya – Palais des Beaux-Arts – Lille Jusqu’au 14 février 2022

- [Télécharger l'article au format PDF]

Depuis le 15 octobre dernier si tient au Palais des Beaux-Arts de Lille l’exposition « Expérience Goya » qui plonge le visiteur dans l’univers du peintre à travers plus de 80 œuvres originales, dont la moitié de Goya. Les œuvres proposées sont de différentes natures et permettent une immersion complète dans le monde de Goya grâce notamment à une pluralité des supports. La postérité de Goya est telle que l’exposition s’attelle également à présenter la postérité de Goya du XIXe siècle au XXIe siècle, jusqu’au cinéma.
Cette exposition très riche constitue à la fois une très belle introduction à Goya pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore le peintre, mais aussi une relecture et une mise en perspective stimulante pour celles et ceux qui connaissent un peu plus Goya.

Par Noémie Lemennais. [1]

L’exposition

Le parcours muséographique de l’exposition s’appuie sur les deux tableaux présents dans les collections du musée : Les Jeunes et Les Vieilles. Ces deux tableaux se retrouvent contextualisés grâce à l’ensemble des œuvres présentes dans l’exposition, l’objectif étant de revenir sur leur histoire et leurs mystères.
L’exposition se compose de quatre parties principales :

  • Vida : qui nous plonge dans la vie et l’œuvre de Goya.
  • Maja : dans l’univers des Jeunes
  • Nada : dans l’univers des Vieilles
  • Obra : la présentation des deux tableaux.

Goya Vida

L’exposition débute dans l’atrium du palais avec « Goya panorama » abrité dans une rotonde dont l’extérieur retrace la chronologie de la vie du peintre, mais aussi plus largement la postérité de ses œuvres. À l’intérieur de la rotonde, une projection à 360° constituée d’un panorama animé à partir d’œuvres choisies du peintre.

Goya Maja

Une fois dans la salle des expositions temporaires, la deuxième partie de l’exposition revient sur les éléments évoquant le tableau Les Jeunes grâce à un jeu de parallélisme et de renvois à d’autres œuvres du peintre. On trouve dans cette partie, des planches de la série des Caprices (Los caprichos), une série de portraits, notamment l’auto-portrait du peintre lui-même au seuil de ses 70 ans, ainsi que le carton de tapisserie Le Parasol de 1777, représentant une maja et un majo, c’est-à-dire une femme et un homme des classes populaires s’habillant de manière fantaisiste.

Les Parasols (1777)
Autoportrait (1815).

Goya Nada

« Le grand mérite de Goya consiste à créer le monstrueux vraisemblable. Ses monstres sont nés viables, harmoniques. Nul n’a osé plus que lui dans le sens de l’absurde possible »
Charles Baudelaire, Quelques caricaturistes étrangers, 1868.

Cette troisième partie de l’exposition plonge le visiteur dans l’univers du tableau Les Vieilles, grâce, là-encore, à un va et vient entre les œuvres du peintre et la postérité de celui-ci chez des artistes plus contemporains. La surdité soudaine à l’âge de 46 ans de Goya entraîne un état émotionnel instable, le peintre se trouvant dorénavant en proie à des idées noires, que l’on retrouve dans ses œuvres. Le contexte historique, l’entrée des troupes de Napoléon Ier en 1808, ainsi que la révolte sanglante de la population de Madrid, entraînant l’Espagne dans une guerre d’indépendance de 1808 à 1814, marque profondément le peintre. Cet épisode tragique inspire à Goya une série de gravures intitulées Les Désastre de la guerre avec l’objectif de décrire les atrocités dont il est le témoin. On retrouve notamment Scène de rapt et de meurtre.
Dans cette même partie de l’exposition, on peut voir la sculpture des frères Jake et Dino Chapman, Sex I. Les deux frères ont provoqué un scandale en 1991 par l’acquisition d’une série complète des Caprices pour y dessiner directement des personnages de leur invention. Derrière cette sculpture se trouve également un écran sur lequel est diffusé des extraits de plusieurs œuvres cinématographiques faisant directement écho soit à la vie de Goya, soit aux influences de l’œuvre de Goya dans le cinéma contemporain.
Avant de pénétrer dans la dernière partie de l’exposition, est diffusé un film « L’enquête C2RMF : Centre de recherche et de restauration des Musées de France » sur les résultats de l’étude approfondie des deux tableaux Les Jeunes et Les Vieilles.

Goya Obra

La dernière partie de l’exposition présente les deux tableaux dos à dos. Il s’agit ici pour le visiteur de trouver sa propre interprétation de ces tableaux après avoir suivi le parcours, presque initiatique, dans les salles précédentes offrant des clés de lecture et d’interprétation diverses.

Site du musée
Informations pratiques
EXPERIENCE Goya du 15 octobre 2021 au 14 février 2022
Commissariat général : Régis Cotentin.
Commissariat scientifique : Donatienne Dujardin.
Horaires :
Le lundi : 14h -18h , du mercredi au dimanche : 10h-18h
Fermé le mardi, le 1er novembre, le 25 décembre et le 1er janvier

Tarifs :
Exposition seule : 10 € - 8 € -7 €*
Billet couplé expo + collections : 11 € - 9 € - 8 €*
*happy hour : pour tous, du lundi au vendredi à partir de 16 h 30
Réduit pour les moins de 30 ans. Gratuit pour les moins de 12 ans.
Parcours de l’exposition : sur visioguide.pba.lille.fr

© Noémie Lemennais pour Historiens & Géographes - Tous droits réservés. 01/02/2022.

Notes

[1Membre du bureau de l’APHG NPDC, Comité de pilotage de l’atelier géopolitique, Lycée M. Van der Meersch – Roubaix.