Exposition Bénéfices de guerre, guère de bénéfices ? Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne

- [Télécharger l'article au format PDF]

Au cœur du bassin stéphanois, le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne s’intéresse de plus près aux bénéfices de guerre directs et indirects engendrés par le premier conflit mondial, qu’ils soient économiques, sociaux ou culturels. Sous le feu de l’industrie, les conditions de travail vont s’améliorer, les mentalités évolueront et l’économie française connaîtra un second souffle... A travers la présentation de plus de 200 objets, du canon de 75 au fusil Lebel, et bien d’autres pièces emblématiques, cette exposition nous guide dans la redécouverte des enjeux de cette aventure industrielle. (Voir Dossier de presse en pièce jointe).

Par Henri Beaulieu [1]

Compte-rendu de visite

Quel plaisir de découvrir derrière cette belle façade du XIXe siècle tout ce que l’on s’imagine être les trésors du Bassin industriel de Saint-Étienne et ceux de la « Manu » qui font partie de notre patrimoine et dont les productions sont à elles seules des objets de mémoires...

Le musée en lui-même : trois niveaux bien séparés, des objets clairement expliqués, bien disposés... Ils sont issus de la manufacture d’armes et cycles mais aussi de l’ensemble du bassin stéphanois.

Georges Rivoire - du 9 octobre 2015 au 14 mars 2016 au musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne

Au sous-sol : les cycles. Une très belle collection extrêmement complète d’histoire du vélo, de la draisienne aux dernières machines des champions... tout en suivant la chronologie, les modes et les postures sportives.

A l’étage, une collection époustouflante de machines textiles issues des ateliers de fabrication des rubans et d’étoffes... Toutes en état de fonctionnement avec leurs centaines de fils tendus et avec des passionnés qui les mettent en marche devant le visiteur médusé. Si vous êtes passionné de mécanique, ne manquez pas ces grands moments !

Au dernier étage (le 3e), une collection d’armes (noblesse oblige) impressionnante et là aussi clairement et pédagogiquement présentée. Si vous êtes un habitué des récits d’histoire contemporaine, vous retrouverez des noms qui vous sont familiers mais cette fois- ci, dans les vitrines... Le Chassepot (de la guerre de 1870), le fusil Gras, le Lebel de la première guerre mondiale... Puis le Mas 36 de l’armée française puis des forces de l’ordre après la Seconde guerre mondiale. Sans oublier, bien sûr, toute la collection des fusils de chasse qui ont fait le succès de la manufacture dans les campagnes (en même temps bien sûr que la machine à coudre...)

Ces productions de la manufacture d’armes sont encadrées par des pièces d’histoire allant du fusil de Louis XIV à la kalachnikov (qui suscitait un intérêt certain chez des élèves de Terminale en visite). Le tout permettant un survol complet de l’évolution de l’armement.

Dans une grande salle l’exposition sur les Bénéfices de guerre apporte une vision originale sur la Grande Guerre vue du bassin de Saint Étienne. C’est à dire vue de l’arrière en quelque sorte... On sort des tranchées pour rencontrer, présentée de façon très moderne, la mobilisation industrielle, mais aussi la technique bien sûr (avec au centre les obus, les fusils et évidemment le canon de 75, produits de façon industrielle). L’exposition s’attarde sur les aspects humains des travailleurs des manufactures, Femmes, Hommes, Immigrés... Le tout très bien analysé en utilisant les résultats de nombreuses recherches.

Le musée d’Art et d’Industrie présente du 9 octobre 2015 au 14 mars 2016 l’exposition « Bénéfices de guerre, guère de bénéfices ? 14-18 ».

Toute l’exposition suit des personnages symboliques (hommes, femmes, enfants) qui aideront les élèves à suivre la vie quotidienne durant ces années.

Au passage, l’aspect propagande n’a pas été oublié et on notera également une intéressante vitrine sur les bataillons solaires. On pourrait penser qu’ils étaient dotés de fusil en bois simples fabriqués localement... On découvre qu’ étaient mis à la disposition des municipalités des répliques de fusil Lebel, plus légers, plus courts et pouvant servir à l’entraînement au tir. La société se préparait à la guerre...

N’hésitez pas à emmener vos élèves. Ils trouveront là une illustration très vivante de cette période et seront plongés dans l’atmosphère du moment. Un dossier pédagogique (ci-joint) vous aidera à les préparer, du primaire au lycée.

Henri Beaulieu - Tous droits réservés.

Site internet

La rédaction d’Historiens & Géographes, 17/10/2015. Tous droits réservés.

Notes

[1Membre de la Rédaction de la revue Historiens & Géographes.