Femmes « ordinaires » pendant la Première Guerre mondiale Appel à contributions, Genesis 2016,1

- [Télécharger l'article au format PDF]

Chères et chers collègues,
Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour le numéro spécial de la revue de l’association italienne d’histoire des femmes (SIS), Genesis (2016,1), intitulé : « Femmes « ordinaires » pendant la Première Guerre mondiale ».

La revue encourage la publication de contributions couvrant un large éventail de contextes historiques, en Europe et au-delà, et publie des articles en italien, français et anglais.
Les propositions doivent être envoyées avant le 15 mai 2015 aux coordinateurs de ce numéro thématique : Roberto Bianchi (roberto.bianchi@unifi.it) et Monica Pacini (monicapacini@libero.it)

Très cordialement,
Manuela Martini pour la rédaction de Genesis

Texte de l’appel à communication en français. Traduction par Clémentine LETELLIER pour le numéro spécial de la revue Genesis, 18/03/2015 - tous droits réservés. [1]

APPEL A COMMUNICATION. Genesis. Rivista della Società Italiana delle Storiche, 2016, 1

Femmes “ordinaires” pendant la Première Guerre mondiale

Genesis, la revue de l’association italienne d’histoire des femmes lance un appel à communication pour leur prochain numéro sur la mobilisation totale des sociétés européennes durant la Première Guerre mondiale.
Le but de ce numéro est de discuter de la participation des femmes durant la Grande Guerre, et ses conséquences à long terme par rapport aux processus de nationalisation, de politisation et de modernisation, dans une perspective transnationale. Cette participation est comprise à la fois comme un engagement, direct et indirect, et une résistance, active et passive.

L’historiographie internationale a longtemps étudié les aspects qualitatifs et quantitatifs de la participation des femmes dans la guerre et dans la population active (en tant que salariées et bénévoles) pendant et après la guerre. Les études se sont concentrées sur l’organisation de la mobilisation civile (et leur rôle dans l’association entre le front et l’effort de guerre), sur les relations genrées dans le marché du travail, sur les formes d’opposition au conflit qui ont contribué à créer de nouvelles formes d’aide sociale, sur les activités, les divisions et les contradictions du mouvement féministe et parmi les associations de femmes.

Nous encourageons la proposition d’articles comparant les différents contextes nationaux, dans le but d’étudier quand et comment sont impliquées les femmes « ordinaires » appartenant à la classe moyenne et travailleuse, ainsi que les paysannes et artisanes.
Nous souhaitons nous concentrer sur la manière dont ces catégories sociales sont liées et réagissent aux demandes, à la pression, à la propagande, aux travaux des institutions, entreprises et organisations de sociétés civiles au sein de divers états et aux différents stades de la guerre. Nous souhaitons analyser la transmission et la manipulation des idées et des pratiques, des formes de résistance, des inégalités de pouvoir entre les sexes et la répercussion de ces processus sur la société, la famille et les relations générationnelles ainsi que sur le lieu de travail, dans la sphère publique, dans la vie privée et quotidienne.

A cet égard, nous nous intéressons particulièrement aux articles abordant les questions suivantes :
• Le rôle principal des femmes dans la mobilisation de guerre et dans l’opposition à cette guerre ;
• La formation à de nouveaux emplois, fonctions et professions, dans le contexte de la réorganisation des relations entre la sphère productive et reproductive provoquée par la mobilisation totale, la réduction de la consommation, et les crises sociales ;
• Le travail et l’assistance comme des lieux de mixité sociale, géographique et de genre, mais également comme des lieux où la culture, les coutumes et les languages se rencontrent et se confrontent ; les formes de protestation et de solidarité prennant place dans l’espace conflictuel et l’union sociale, au travail, au marché et sur la place publique ;
• Les activités économiques et les politiques sociales qui ont impliqué les gens en territoires occupés ;
• Les expériences de transformation par les familles des villes et des campagnes, proches ou éloignées du front, tout au long de la guerre et lors du retour des vétérans ;
• L’impact du conflit sur l’éducation des adolescents et des filles, nés durant les premières années du XXe siècle, qui ont vécu la guerre en tant que filles de militaires mobilisés ou de civils.

Les propositions d’articles devront contenir un résumé (pas plus de 300 mots) et un court CV, et devront être envoyées par mail avant le 15 mai 2015 à Roberto Bianchi roberto.bianchi@unifi.it et Monica Pacini monicapacini@libero.it. Ils vous informeront avant le 30 mai 2015 si les propositions soumises ont ou n’ont pas été choisies pour une possible publication. Les articles concernant les thématiques choisies (pas plus de 50.000 caractères comprenant les espaces et les notes de bas de page) devront être envoyés avant le 30 septembre 2015 et subiront une double relecture anonyme par le comité de lecture.

Les textes en Italien, Anglais et Français seront pris en considération pour la publication.

Texte de l’appel à communication en anglais :

CALL FOR PAPERS. Genesis. Rivista della Società Italiana delle Storiche, 2016, 1, “Ordinary” women in Europe during the First World War.

Genesis, the Journal of the Italian Association of Women Historians, invites contributions for a forthcoming issue on total mobilization in European societies during the First World War.

The issue aims to discuss women’s participation to the Great War, and its long-term consequences in relation to processes of nationalization, politicization and modernization, in a transnational perspective. Participation is understood both as involvement, direct and indirect, and as resistance, active and passive.

International historiography has long investigated the qualitative and quantitative aspects of women’s participation in the war and in the workforce (both as paid and voluntary workers) during and after the war. Studies have focused on the organization of civil mobilization (and its role in linking battle-front and home front), on gender relations in the labour market, on the forms of opposition to the conflict that contributed to create new forms of welfare, on the activities, the divisions and contradictions of the feminist movement and among women’s associations.

We encourage the submission of papers based on the comparison between different national contexts, aimed to investigate the time and manner in which total mobilization involved “ordinary” women belonging to the middle and working classes, as well as women of peasant and artisan origin.

We intend to focus on how these social segments related to and reacted to the demands, the pressures, the propaganda, the works of the institutions, enterprises and civil society organizations in various states and at different stages of the war. We intend to analyse the transmission and manipulation of ideas and practices, forms of resistance, gender power asymmetries and the repercussions of these processes on social, family and generational relationships as well as in the workplace, in the public sphere, in daily and private life.

In this view, we are especially interested in papers addressing the following issues :
• The leading role of women in the war mobilization and in opposition to the war ;
• Training for new jobs, functions and professions, in the context of the reorganization of the relationship between the productive and reproductive sphere brought about by total mobilization, the compression of consumption, and social crises ;
• Work and assistance as places of social, gender and geographical mixing, but also as places where cultures, customs and languages met and clashed ; forms of protest and solidarity taking place in spaces of conflict and social union, at work, in the markets and squares ;
• The economic activities and social policies that involved people in occupied territories ;
• The transformations experienced by families in the cities and in the countryside, near and far from the front, throughout the war and at the time of veterans’ return ;
• The impact of the conflict on the education of people (teenagers and girls) born in the early years of the Twentieth century, who lived the war as daughters of mobilized military or civilians.

Proposals must contain an abstract (no more than 300 words) and a short CV and must be emailed by May 15, 2015 to the editors : Roberto Bianchi roberto.bianchi@unifi.it and Monica Pacini (monicapacini@libero.it). They will communicate by May 30, 2015 if the proposals submitted have or have not been selected for possible publication. Articles based on the selected proposals (no more than 50.000 characters including spaces and footnotes) must be submitted by September 30, 2015 and will then undergo a double blind referee process.

Texts in Italian, English and French will be considered for publication.

Mnémosyne, l’association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre.
via Dominique Picco, Maîtresse de conférences en histoire moderne. UFR histoire, Université Bordeaux.

Les services de la Rédaction - 17 et 18/03/2015. Tous droits réservés.

Notes

[1La rédaction d’Historiens & Géographes tient à remercier Clémentine Letellier pour l’Association Mnémosyne qui a eu l’amabilité de lui faire parvenir ce texte traduit aujourd’hui même pour son site internet. NDLR.