Grand Prix Pèlerin du Patrimoine 2015 avec Erik Orsenna de l’Académie Française

- [Télécharger l'article au format PDF]

Compte-rendu... Les « prix Pèlerin du patrimoine 2015 » ont été remis le jeudi 5 novembre par Erik Orsenna de l’Académie Française, parrain du Prix 2015. En présence d’un auditoire averti et attentif, il présidait la cérémonie au Petit Palais, à Paris.

Dans un entretien au Pèlerin, Eric Orsenna définit « le patrimoine cet héritage à la fois singulier et universel Le patrimoine, c’est ce trésor propre à chacun et commun à tous transmis par nos prédécesseurs dont il faut préserver la lumière pour les générations futures Le meilleur de nos ancêtres nous est confié pour nous aider à vivre ».

Pour Erik Orsenna : interrogé dans le Pèlerin du 5 novembre : « Les lectures d’un chef d’œuvre ou d’un texte fondateur se renouvellent et nous font progresser. Quand le pape François propose une interprétation renouvelée de l’Evangile, le monde devient meilleur. Le danger commence quand on fige la vision et le temps, quand une organisation terroriste comme Daech tente d’imposer au monde sa lecture archaïque du Coran. Notre rôle est dépasser et d’enrichir la mémoire, pas de l’instrumentaliser ni de l’accaparer à des fins destructrices ».

« Quand le Pèlerin soutient les jeunes archéologues syriens et irakiens, la flamme se ranime. Grâce à ces jeunes chercheurs, la mémoire des hommes va perdurer, la splendeur du monde ne va pas s’éteindre. En l’aidant nous nous aidons tous. »

Soirée de remise des prix de l’édition 2015 du Grand Prix Pèlerin du Patrimoine - https://www.youtube.com

Prix Pèlerin « ensemble pour le patrimoine »

Saires - la Verrerie possède une belle église en granit, reconstruite en 1676 (à l’intérieur un très impressionnant décor peint dû au peintre du courant nazaréen, Louis Chifflet, réalisé dans les années 1885-1887, donne au chœur et à la nef une chaleur saisissante. Mais ce décor est menacé d’infiltrations. « Les pluies de Normandie ont eu raison de l’étanchéité », l’explique Claude Corbière, président de l’association du patrimoine de la commune.

Le Prix Pèlerin du jeune artisan d’art

Le prix a été décerné à Emilie Baudrais, mosaïste. Son rêve, c’est de faire de Plassac, près de Blaye (Gironde), un village dédié à la mosaïque ». La commune lui propose de s’installer dans un bâtiment à rénover, situé à 100 mètres des vestiges d’une villa gallo-romaine dont le sol est recouvert de mosaïques.

« En rassemblant de minuscules morceaux, Emilie crée l’unité. Produire une mosaïque, c’est réunir des bribes éparpillées pour donner sens à l’ensemble », indique Erik Orsenna.

Prix spécial de la Rédaction du Pèlerin

Le Prix a été décerné à Objat (Corrèze). Le Père Nicolas Riso, réalise un rêve : métamorphoser et embellir son église Saint Barthélemy édifié entre le XIIe siècle et le XIVe siècle. Pour le mobilier liturgique, il a fait appel à Jean-Paul Philippe, sculpteur.

Prix Pèlerin des médias

Gérard Lassagne, fils de l’ancien carillonneur de l’église Saint Philibert de Charlieu, a entrepris de faire rénover le carillon avec l’aide de la municipalité et d’une association des amis de l’orgue qu’il préside.

Prix Pèlerin des croix et des chemins

Jean-Pierre Maréchal maire de cette petite commune rurale de 300 habitants, près de Langres bichonne l’église Saint-Rémy, l’église de Changey. Il entend restaurer un grand christ en croix polychrome, sur une poutre de gloire en fer forgé. Cet ensemble date des années 1730.

http://patrimoine-environnement.fr/

Grand Prix du Pèlerin du Patrimoine

La toile noircie et jetée dans un galetas a été retrouvée par Lionel Estavoyer, conseiller du maire pour le patrimoine historique. C’est un chef d’oeuvre de Claude Vignon, l’un des grands peintres français du XVIIe siècle. La toile une « Adoration des mages » a été exécutée vers 1619 et est actuellement entre les mains du Centre Régional de restauration de conservation des œuvres d’art de Vesoul, en Haute Loire Dès qu’elle sera restaurée, elle sera exposée au Musée du temps à Besançon. Ensuite elle sera installée au Musée des Beaux Arts de Besançon lors de sa réouverture en 2018.

Prix Pèlerin du Patrimoine contemporain

Les Chantiers du cardinal ont fait bâtir la première église de cette commune Saint-Pierre à Saint-Pierre-du-Perray, sera inauguré au printemps 2006. Les Chantiers ont primé les 14 stations du chemin de croix signées Léa Sham’s, émailleuse. Limousine, elle s’inscrit de la tradition de l’art sacré et la tradition du Limousin en émail.

Prix transmission et partage

Au Tech (Pyrénées Orientales), la chapelle Saint-Guillem-de-Combret a été distinguée. Elle se trouve à 1 300 mètres d’altitude, à la croisée de deux vallées des Pyrénées,
Laurence Loreto, propriétaire et présidente de l’association a mobilisé plus de 200 personnes pour la sauvegarde de cette chapelle.

Consulter sur le Web les éditions dans la rubrique « Un patrimoine pour demain », lien ici

Les services de la rédaction de la revue Historiens & Géographes. 16 novembre 2015 Tous droits réservés