Guerre d’Espagne, 1936-1939 : entre guerre et révolution 10es Journées Manuel Azaña à Montauban

- [Télécharger l'article au format PDF]

L’association « Présence de Manuel Azaña » a vu le jour en 2006 à Montauban, la ville où le dernier président de la République espagnole a vécu ses derniers mois d’exil et est mort le 3 novembre 1940. Les 10es Journées de l’association, du 5 au 7 novembre 2015, ont pour thème : « Guerre d’Espagne, 1936-1939 : entre guerre et révolution ».

"Le souvenir de Manuel Azaña trouve une actualité particulière en cette année 2015, qui marque le 75e anniversaire de sa mort en exil. C’est aussi l’occasion, pour l’association qui s’est proposé depuis 2006 de faire connaître et d’honorer le dernier Président de la République espagnole, de consacrer ses 10es Journées à une réflexion sur les années terribles de la Guerre d’Espagne, durant lesquelles le président Azaña voulut incarner la légitimité de la République tout en cherchant, en vain, le chemin de la paix.

En 2014, les 9es Journées avaient porté sur les années 1931-1936, durant lesquelles le programme de réformes mis en œuvre par la jeune République espagnole a été contrarié par les forces conservatrices et par les impatiences révolutionnaires.

En juillet 1936, le putsch militaire du général Franco, vite soutenu par l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie, se heurte à une explosion révolutionnaire dans la zone républicaine. Le colloque qui se tiendra le 5 et le 6 novembre à l’Espace des Augustins se propose d’étudier les tensions qui vont ébranler la cohésion des autorités de la République et traverser les forces mobilisées pour résister à l’agression. Une dizaine d’intervenants – dont six universitaires venus d’Espagne – confronteront leurs visions de cet affrontement entre les espoirs de la révolution et les exigences de la guerre.

En écho à cette histoire douloureuse, les Journées se concluront le 7 au soir par un spectacle exceptionnel, produit en partenariat avec les associations Confluences et Théâtrophone : l’adaptation du roman de Lydie Salvayre, Pas pleurer, dont les héros sont habités par cet affrontement. François-Henri Soulié, Maurice Petit et leurs interprètes donneront vie aux personnages pathétiques et truculents du roman couronné l’an dernier par le Prix Goncourt".

Jean-Pierre Amalric
Université de Toulouse - Jean-Jaurès
Président de « Présence de Manuel Azaña »

Télécharger le programme en pièce jointe.

En savoir + : site internet

Les services de la Rédaction - Tous droits réservés. 27/10/2015.