Histoire-Géographie : Gravité, vigilance, urgence Lettre de rentrée Régionale APHG Aquitaine

- [Télécharger l'article au format PDF]

Nous publions ci-après la « Lettre de rentrée » du Président de la Régionale d’Aquitaine de l’APHG Thomas Verclytte. Elle témoigne de la vitalité et de la mobilisation de l’APHG, l’association professionnelle de tous les professeurs d’Histoire, de Géographie et d’EMC, au cœur des territoires.

Par Thomas Verclytte [1]

« Ignorer la géographie, [...] c’est se condamner à être victime des propagandes et des explications simplistes à causalité unique. Il est frappant [...] de constater combien la connaissance historique des sociétés en conflit est écartée de l’analyse. […] Beaucoup de conflits ne sont analysés qu’au prisme d’arguments invoquant une génétique spécifique dans tel ou tel groupe humain. C’est l’analyse essentialiste et culturaliste qui est un obstacle majeur à la compréhension des causes multiples d’un conflit et de ses enjeux de puissance. » Georges Corm, Pour une lecture profane des conflits, La Découverte, 2015, pp. 28-29.

Chers adhérents, chers collègues, chers amis,

Une fois de plus, l’actualité nous démontre à quel point nos disciplines peuvent être fondamentales pour permettre aux futurs citoyens qui nous sont confiés de tenter de mieux comprendre la complexité du monde qui les entoure, de dénouer l’écheveau des émotions, de prendre du recul et donc, aussi, de mieux appréhender leurs responsabilités. La tâche est ardue, mais au coeur de notre engagement professionnel. Car non seulement notre auditoire change, avec ses représentations, ses codes et ses demandes, mais notre métier aussi change, avec de nouvelles missions. Le collège, avant le lycée, va connaître une évolution dont nous ne connaissons pas encore toutes les conséquences même si nous savons que nous allons, en tant que professeurs de géographie, d’histoire et, souvent, d’EMC, devoir répondre et, plus encore, anticiper les demandes à la fois de nos élèves et de nos collègues. Habitués que nous sommes à déjà faire dialoguer nos propres disciplines, nous avons absolument à nous emparer de ces nouvelles missions pour en faire un lieu réel d’apprentissage. Le temps purement disciplinaire se réduit (quosque tandem ?), raison supplémentaire de notre vigilance indispensable et de notre activité tout aussi indispensable de se retrouver au centre des actions trans-, multi-, interdisciplinaires. Car nos regards sont indispensables. Et si nous réussissons à faire comprendre à nos élèves que toute réflexion doit se faire à la fois dans un temps ordonné et un espace construit, alors nous aurons sans doute réussi à faire passer l’essentiel.

Le Grand-Théâtre à Bordeaux - Photo M. Charbonnier DR

La maîtrise de nos disciplines étant essentielle à notre capacité d’entraînement, l’APHG plus que jamais se doit d’accompagner ces évolutions, de tenter autant que faire se peut de répondre aux interrogations (et de les porter au plus haut niveau de l’Etat). C’est ce que nous nous efforçons, dans la mesure de nos fragiles moyens régionaux, de faire. La prochaine journée d’étude en sera l’une des preuves éclatantes : quoi de plus urgent, me semble-t-il, que de réfléchir à notre société et à la façon dont nous nous considérons : la question de l’étranger est aujourd’hui brûlante et je remercie toutes celles et ceux qui ont bien voulu nous aider mercredi 23 septembre à mieux comprendre tous ses enjeux. La prochaine journée de janvier sera aussi d’une aide plus qu’utile à mieux saisir les évolutions de nos métiers et disciplines puisque les intervenants, professeurs et chercheurs, nous montreront en quoi les nouvelles problématiques de l’Histoire moderne sont tout autant de réflexions actuelles.

L’APHG Aquitaine s’associe également plus étroitement encore à un autre rendez-vous majeur, lieu d’échange et de réflexion intense : le Festival international du film d’Histoire de Pessac, tourné cette année autour d’ « un si Proche-Orient ». De Maurice Sartre à Henry Laurens ou Elie Barnavi, la semaine du 16 novembre prochain sera une occasion unique de nous pencher sur cet « Orient compliqué », sans « idées simples » je l’espère : l’APHG sera entre autre présente dans plusieurs cafés historiques et débats menés avec le magazine L’Histoire (sur le djihadisme samedi 21, sur le rôle des Etats-Unis dans la région le lendemain). Il vous est aussi toujours possible de profiter des conférences hebdomadaires de l’Unipop histoire, toujours à Pessac.

Permettez-moi, chers adhérents, de profiter de l’occasion pour lancer un appel et vous demander de devenir, chacun d’entre-vous, dans vos établissements, entourages et départements, les ambassadeurs de cette volonté de continuer plus que jamais à pouvoir échanger, dialoguer et réfléchir à nos disciplines : faites connaître l’APHG, parlez-en, faites adhérez ! Nous avons aussi besoin de votre avis, de vos propositions.

Nous entamons à ce propos une réflexion autour de nouvelles pratiques et plateformes d’échanges au sein de la régionale, seule ou en partenariat, au service de nos adhérents mais aussi, plus largement, de tous nos collègues. Car la discussion est la clé de notre réussite auprès de nos élèves. Toutes vos idées seront les bienvenues, lors de nos rencontres, par courrier, en réagissant à notre blog et en partageant vos initiatives. C’est au moment où l’institution nous demande d’évoluer individuellement que nous avons besoin de solutions collectives, d’échanger et de nous rencontrer. Sans votre soutien, sans aussi une capacité à trouver de nouveaux adhérents, nous aurons du mal à faire vivre cet idéal. N’attendons pas pour agir.

Thomas Verclytte, Président de la Régionale d’Aquitaine
Bordeaux, le 12 septembre 2015

Site internet APHG Aquitaine

Les services de la Rédaction - Tous droits réservés. 27/09/2015.

Notes

[1Président de la Régionale APHG d’Aquitaine, Professeur de chaire supérieure au Lycée Michel-Montaigne (Bordeaux).