Hommage à Henri Moniot (1935-2017) Communiqué de l’APHG et de la revue « Historiens & Géographes »

- [Télécharger l'article au format PDF]

L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) a la tristesse de faire part du décès d’Henri Moniot, ancien Maître de conférences d’Histoire à l’Université Paris VII Diderot, Ancien Président de la Régionale de Bourgogne de l’APHG. Il est décédé à Dijon, le 3 avril 2017. Il a joué un rôle éminent dans l’institutionnalisation universitaire de la didactique de l’Histoire et la définition de son terrain. [1]

Henri Monniot a été professeur d’histoire dans l’enseignement secondaire de 1958 à 1963. Assistant puis maître-assistant pour les études africaines à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris (Sorbonne) de 1963 à 1971, il a ensuite été maître-assistant, puis maître de conférences d’histoire à l’Université de Paris VII de 1971 à 1998. Dans ce dernier poste, il a été membre des formations doctorales « Dynamiques des sociétés en développement » et « Didactique des disciplines », directeur de l’U.E.R. de Didactique des disciplines en 1978 et 1979, et président de son conseil scientifique de 1987 à 1989 ; il a en outre été co-organisateur de plusieurs coopérations avec l’étranger (le Québec et la Pologne) en didactique de l’Histoire.

Henri Moniot a coordonné avec Annie Bruter et avec le concours de Pierre Kerleroux le dossier de notre revue Historiens & Géographes en deux parties sur « la Didactique de l’Histoire », n°394 et 396 (2006). [2] C’était un grand spécialiste de l’histoire africaine [3] et de l’enseignement de l’Histoire, apprécié de tous. A sa famille, à ses proches et à ses collègues de la Régionale de Bourgogne, l’APHG exprime sa sympathie et son soutien.

« Le champ d’intérêt, de réflexion, de recherches et de pratiques de la didactique d’une discipline, ce sont les opérations qui se passent et les problèmes qui se posent quand on l’apprend et quand on l’enseigne. Cette dénomination de « didactique » et cette réunion intime des attentions portées aux savoirs concernés, à leur apprentissage et à leur enseignement sont récentes en France, installées dans le dernier tiers du XXe siècle, mais les intérêts qu’elles orchestrent peuvent être plus anciens, fût-ce de façons spécifiques et dispersées » (Henri Moniot, « La didactique, qu’est-ce que c’est ? », Historiens & Géographes n°394, mai 2006, p. 191).

© Le Secrétariat général de l’APHG. Tous droits réservés. 04/06/2017.

Notes

[1Signalons le volume de ses « Mélanges » en son honneur : Marie-Christine Baquès, Annie Bruter, Nicole Tutiaux-Guillon (dir.), Pistes didactiques et chemins d’historiens. Textes offerts à Henri Moniot, Paris, L’Harmattan, 2003, 380 p. NDLR.

[2Voir en ligne et en accès libre son article « La didactique, qu’est-ce que c’est ? », Historiens & Géographes n°394, mai 2006, p. 191-194. Lien ici. Henri Moniot décrit brièvement dans cet article en mai 2006 les principales étapes de cette institutionnalisation et présente les principaux centre d’intérêt de cette discipline.

[3Se reporter à l’hommage de Catherine Coquery-Vidrovitch publié sur le site de la Société française d’histoire des outre-mers, ici : http://www.sfhom.com/spip.php?artic... NDLR.