Hommage à Jean Gavard (1923-2016) Communiqué de l’APHG

- [Télécharger l'article au format PDF]

Communiqué de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) à la suite de la disparition de l’ancien résistant Jean Gavard, président d’honneur du Concours national de la Résistance et de la Déportation, Vice-président de la Fondation de la Résistance et Inspecteur général honoraire de l’Education nationale. [1]
Jean Gavard : Une jeunesse confisquée : 1940-1945, Editions L’Harmattan, 2007.

Paris, le 14 août 2016.

Nous avons appris avec une grande tristesse le décès de notre ami Jean Gavard à Garches, le jeudi 4 août 2016. Il entrait dans sa quatre-vingt quatorzième année. Quelques semaines plus tôt, il nous annonçait sa nomination comme Commandeur de La Légion d’Honneur.

Jean Gavard avait été un combattant de 1939-1940, titulaire de la Croix de guerre et Résistant, membre du réseau Castille, titulaire la Croix volontaire de la Résistance. Il avait été arrêté à Lyon et déporté au camp de Mauthausen-Gusen (Autriche). Revenu en France, il entra au Ministère de l’Education nationale et devint Inspecteur général de l’administration.

Jean Gavard a été Président du Concours de la Résistance et de la Déportation (CNRD) succédant à Louis François en 1993 et exerça son mandat jusqu’en 2002. Il était très soucieux du choix des sujets par les membres du Jury. Pendant les 14 années qui suivirent, il est demeuré très impliqué dans l’organisation du Concours. Il était Vice-président de la Fondation de la Résistance et administrateur de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il avait de concert avec le général Pierre Saint-Macary, ancien déporté de Mauthausen, passé un accord avec l’APHG pour la visite du camp de Mauthausen pour une centaine de collègues de notre association chaque année. Le voyage se déroulait sur une journée avec un départ très tôt à Orly. Sur place, les membres de l’APHG étaient guidés par des anciens déportés du camp de Mauthausen, dont le général Saint-Macary et Jean Gavard. Ce fut pendant dix ans une formidable formation mémorielle et historique des professeurs d’histoire et de géographie sur la déportation de résistant(e)s venu(e)s de tous les pays occupés par les nazis. La résistance espagnole formée d’antifranquistes était impressionnante, puis fut brisée par le traitement inhumain envers les prisonniers (l’escalier de la carrière). De même, les partisans soviétiques, leur évasion, leur dénonciation par des villageois des alentours et leurs assassinats par les gardiens du camp dans des conditions particulièrement cruelles restent gravés à jamais dans nos mémoires.

L’inhumation a eu lieu le jeudi 11 août au cimetière de Six Fours-Les-Plages (Var).

A son épouse, à ses enfants et à toute sa famille, l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) exprime toute sa vive sympathie.

Pour le Bureau national de l’APHG,
Aleth Briat et Hubert Tison.

© Les services de la Rédaction de la revue Historiens & Géographes et de l’APHG. Le 14/08/2016. Tous droits réservés.

Illustration en « une » : Jean Gavard en 2002. Capture d’écran © Ina / DR.

Notes

[1Parmi ses ouvrages, citons ses remarquables mémoires : Une jeunesse confisquée : 1940-1945, Editions L’Harmattan, 2007. Dans son communiqué, Monsieur Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire rappelle « qu’il a, avec l’amicale de Mauthausen, invité des professeurs à visiter le camp dans lequel il fut emprisonné » (Source : http://www.defense.gouv.fr/salle-de...), dont de nombreux enseignant(e)s de l’APHG. NDLR.