Itinéraire d’un historien : Yves Thoraval (1947-2012) Hommage de l’APHG et d’Historiens & Géographes

- [Télécharger l'article au format PDF]

« Tous les humains sont membres d’un même corps ». [1]

Par Hubert Tison [2] et Alain Laude [3]

Après une longue maladie cruelle et inguérissable,Yves Thoraval est décédé le 6 juin 2012 à l’âge de 65 ans. Nous avions signalé à nos adhérents et lecteurs sa disparition. Yves Thoraval a occupé une place singulière dans la revue et a imprimé sa marque pendant plus de vingt ans, par ses analyses pertinentes, sa connaissance du cinéma des tiers mondes en particulier le cinéma égyptien, arabe et indien, servi de sa plume alerte et élégante. Grand reporter et conseiller culturel de la revue, il en a été un acteur majeur de la vie.

Un artisan du dialogue des civilisations

Après ses études secondaires, Yves Thoraval suit les cours de l’Institut des Langues Orientales et en sort Diplômé en Arabe, il passe aussi une licence d’anglais. Grand voyageur sous l’éternel, il a vécu à La Nouvelle-Orléans, puis au Caire, ensuite il a posé ses valises à Paris, mais n’a cessé de voyager. Il avait été aussi conseiller culturel au Yémen et gardait un style de diplomate curieux du monde, aux allures policées.

Il a été un brillant collaborateur apprécié de France Culture, du Monde Diplomatique, de l’Avant-scène et de Cinémaya, revue trimestrielle consacrée au cinéma asiatique créée en Inde par Arima Vasudev. Conservateur en chef de la BNF,Yves était chargé des relations internationales jusqu’à sa retraite. Nous l’avions connu lors d’une exposition à la Bibliothèque, rue de Richelieu où il cherchait à moderniser l’accueil au public.

Historien, écrivain, Yves Thoraval sillonna les routes du Proche Orient, devint un des spécialistes reconnus des civilisations musulmanes. Il publia plusieurs articles et des ouvrages dont il faut distinguer Dictionnaire de civilisation musulmane. [4]

C’est un condensé d’Orient : « une initiation aux grandes périodes, aux grandes réalisations et aux principaux peuples et individus qui ont élaboré la culture spirituelle et intellectuelle, politique et matérielle de l’Islam … ». Ce n’est pas un ouvrage apologétique, il ne masque pas « les faiblesses et les excès qui ont pu marquer la civilisation musulmane, comme toutes les autres civilisations ». L’auteur a choisi le prisme de l’histoire privilégiant la période classique de l’Islam tout en prolongeant les articles si besoin jusqu’au XXe siècle. [5] Doté de cartes, c’est un instrument de travail très utile encore aujourd’hui.

Un connaisseur hors pair des cinémas asiatique, indien, proche et moyen orientaux

Membre de plusieurs jurys de festivals de cinéma, il était apprécié pour ses jugements pertinents. Une grande amie d’Yves Thoraval, Aruma Asudev, lui confia la représentation du NETPAC (Network for the Promotion of Asian Cinéma). [6] En 2006, il est membre du jury NETPAC au FICA, Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul où il revint en 2007 pour la dernière fois.

Cinéphile, critique de cinéma, Yves Thoraval était un fin connaisseur des cinémas orientaux et a voulu communiquer sa passion, sa connaissance dans plusieurs ouvrages. Parmi ceux-ci, retenons « Les cinémas de l’Inde » paru chez L’Harmattan en 1998 et aussi l’édition anglaise (Mac Millan), qui est plus ample que le titre français qui raconte dans une langue claire, convaincante, et enthousiaste, l’histoire du cinéma indien de 1896 à 2000. Il en montre les multiples facettes régionales. « Le Gange des images » comme le qualifie Catherine Clément dans sa préface. Tout commence en 1896 quand un opérateur Lumière présente à Bombay « L’arrivée d’un train à la Ciotat ». En 1901 sort en Inde un court film sur un mathématicien indien qui fait fureur. L’Inde est un des plus grands producteurs de films avec les Etats-Unis. Des œuvres d’une durée de 3 à 5 heures qui mêlent la comédie, la tragédie, la danse, la musique cassant les cadres rigides occidentaux. Yves Thoraval montre l’intérêt du cinéma d’auteur qui reflète les réalités auxquelles l’Inde est confrontée. [7]

Le Rédacteur brillant des Chroniques Bloc Notes et Telex de la revue Historiens & Géographes

Tenant la rubrique cinéma de notre revue avec Michel Lejoyeux, Yves Thoraval a rendu compte année après année de la production cinématographique, archéologique et littéraire du Moyen Orient, de l’Asie occidentale de l’Afrique, de l’Amérique précolombienne, de la France dans le Bloc Notes. De manière concise, il faisait part des dernières actualités de la vie culturelle, de spectacles ou de livres dans une courte rubrique Télex. Ses reportages enchantaient les lecteurs d’Historiens & Géographes.

Que ce soient ses lettres d’Hadramout, de Djerba, de Crête, d’Istanbul, de Carthage, du Caire, ses reportages sur le Sultanat d’Oman et le Musée de Bagdad ! Il saluait en France le développement des Arts islamiques au Grand Louvre, la création de l’IMA, la politique culturelle… Face à la guerre qui divisait et détruisait le Moyen et Proche Orient, Yves Thoraval opposait la culture qui construit et qui rapproche.

Yves, ami chaleureux, cultivé et attachant, homme de culture et de dialogue, tu resteras dans le cœur et la mémoire de notre équipe et de notre revue.

Alain Laude, Hubert Tison

Une sélection d’articles

• Chroniques dans la revue Historiens & Géographes, 1985-2007 (voir le répertoire sur le site national aphg.fr, rubrique « archives » http://archives.aphg.fr/). Bloc notes , Télex, cinéma...
• Entretien avec Pierre Miquel, administrateur de la BNF, Historiens & Géographes, 1986.

... et d’ouvrages d’Yves Thoraval

Le néo patriarcat : essai avec Hisham Sharabi et Jacques Berque, Mercure de France, 1996
Cinémas du Moyen Orient, Seguier, 2000, 321 pages
Sultanat d’Oman : retour à l’histoire, écrit avec Jean-Paul Chauray, Karthala, 2000
L’Abécédaire de l’Islam, Flammarion, 2000
Les cinémas de l’Inde,1896-2000 L’Harmattan,1998
Regards sur le cinéma égyptien, L’Harmattan, 1996
Dictionnaire de civilisation musulmane, Larousse, 1995, réédition Le Grand Livre du mois, 2001
Les écrans du Croissant fertile Irak, Liban, Palestine, Syrie, éditions Séguier, 2003
Le Yémen et la Mer Rouge, écrit avec André Nied, L’Harmattan, 1995
Kenya, l’Afrique des Grands lacs, Le Seuil

Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes n° 431, juillet-août 2015. Tous droits réservés.

Notes

[1Du poète persan Saadi de Chiraz (XIIIe siècle), épitaphe choisie par Yves Thoraval

[2Directeur de la Rédaction / Rédacteur en chef d’Historiens & Géographes

[3Secrétaire de rédaction.

[4Yves Thoraval, Dictionnaire de civilisation musulmane, Larousse, 1995, 331 pages.

[5Dictionnaire de civilisation musulmane, « Avant-propos ».

[6Nouvelles de l’Inde Ambassade de l’Inde en France, numéro 409, hommage de Martine Armand à Yves Thoraval. Nous sommes redevables à Martine Armand de précieux renseignements et à Viviane Tourtet, de l’Ambassade de l’Inde, de nous avoir apporté son aide.

[7Yves Thoraval « Le cinéma indien entre évasion et réalités » dans Historiens & Géographes, février -mars 1987, n° 356, pages 281-290.