Journée d’étude Du Nô à Mata Hari, 2000 ans de théâtre en Asie Musée national des arts asiatiques – Guimet

- [Télécharger l'article au format PDF]

JOURNEE D’ETUDE 21 MAI 2015
Du Nô à Mata Hari, 2000 ans de théâtre en Asie

Sous la Présidence d’honneur de Jean-Claude Carrière.

Le théâtre asiatique : entre fascination, réappropriation et inspiration

A l’occasion de l’exposition Du Nô à Mata Hari, 2000 ans de théâtre en Asie, le Musée national des arts asiatiques – Guimet abordera plus spécifiquement les adaptations des théâtres asiatiques dits classiques, mais aussi leur réception et leur influence en Europe. A travers l’étude de grandes figures transversales qui ont su s’ériger en mythe d’Orient et d’Occident ou de formes théâtrales en perpétuel mouvement, la journée abordera différents regards portés sur ces arts, source d’inspiration de la photographie, du cinéma ou encore du théâtre européen lui-même.

Auditorium du Musée national des arts asiatiques – Guimet
6 place d’Iéna 75116 Paris - www.guimet.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscriptions : auditorium@guimet.fr ou 01 40 73 88 18

Téléchargez le programme de la journée d’étude en pièce jointe.

PROGRAMME

MATIN

9h30 – 10h00 : Accueil

10h – 10h10 : Discours d’accueil de Thierry Jopeck, administrateur général du Musée national des arts asiatiques – Guimet

10h10 – 10h50 : Introduction générale par Jean-Claude Carrière

10h50 – 11h00 : Questions-réponses avec le public

11h00 - 11h20 : Pause

Modérateur : Aurélie Samuel, commissaire de l’exposition

11h20 – 11h40 : Jeux du costume de Kutiyattam, Virginie Johan
Dans le Kutiyattam, théâtre sanskrit du Kerala, ancêtre millénaire du Kathakali, l’acteur vêtu comme un dieu réajuste fréquemment les pans de son écharpe et de son pagne. Que signifient les placements de ces pièces, tant sur le ou les rôle(s) interprété(s) que sur l’acteur et sur l’esthétique en jeu ?

11h40 – 12h00 : Réinvention, restitution et transmission des danses d’Asie par les artistes pionnières européennes, Katia Légeret
En Europe, les danses d’Asie ont fait leur apparition sous la férule des politiques coloniales et des stéréotypes véhiculés par l’orientalisme. Elles ont d’abord été réduites au genre « exotique » institué par les théâtres du music-hall, et elles ont suscité des vocations auprès de nombreuses artistes européennes. Comment ces femmes ont-elles réussi à accorder leur désir de créativité avec une recherche d’authenticité, d’érudition et de transmission ? Que reste-t-il aujourd’hui de la filiation vivante et de l’enseignement de ces pionnières ?

12h00 - 12h20 : Le Kathakali comme source et comme processus de création, Catherine Schaub Abkarian
Cet exposé évoquera le processus de création des Atrides, pièce jouée au Théâtre du Soleil de 1990 à 1992, inspiré du Kathakali, incluant non seulement la danse et le langage corporel de cet art, mais aussi l’architecture des costumes, la composition des maquillages ainsi que la manière de structurer le jeu dans l’espace. Il abordera également deux autres spectacles, l’un sur Mata Hari et l’autre sur le Sacre du printemps (iTMOi) réutilisant tous deux les codes du Kathakali, mais de manière tout à fait différente.

12h20 - 12h50 : Questions

12h50 – 14h00 : Pause déjeuner

APRES-MIDI

Modérateur : Kévin Kennel, commissaire de l’exposition

14h00 – 14h20 : « L’opéra de Shi Pei Pu », Marie-Joseph Devaux

14h20 – 14h40 : Du théâtre au manga et à l’anime japonais, Hélène Capodano-Cordonnier
Cet exposé évoquera les influences esthétiques, thématiques, dramaturgiques et narratives que l’univers théâtral nippon exerce sur d’autres formes d’expression artistique japonaise telles que l’estampe, le manga ou encore le cinéma et le film d’animation. Gigaku, nô, bunraku, kabuki, kyogen, et plus récemment spectacles de lanternes magiques et kamishibai, sont des formes théâtrales profondément ancrées dans la tradition de l’archipel depuis des siècles, et dont les codes se transmettent de génération en génération.

14h40 – 15h00 : De Shimooka Renjô à Raimund Stillfried : premières photographies de théâtre au Japon, Claude Estebe
Le théâtre populaire occupe une place importante dans la culture japonaise mais il a été relativement peu photographié au XIXe siècle à cause des contraintes de prises de vue et du peu d’intérêt des premiers photographes occidentaux pour ce thème. Shimooka Renjô avant 1868, est le premier à proposer quelques portraits d’acteurs de rue, suivi par Uchida Kuichi pour le kabuki et Raimund Stillfried dans les années 1870.

15h00 - 15h30  : Questions

15h30 – 15h50 : Pause

15h50 – 16h40 : Performance and presentation in the life and work of Itchiku Kubota, Jacqueline Atkins et Dale Gluckman
A presentation on Itchiku Kubota’s theatrical interest and how it informed his work.

16h40 - 17h : Questions

17h00 – 17h50 : Echange avec Dominique Jambert et Vincent Mangado, deux comédiens du Théâtre du Soleil sur le travail d’Ariane Mnouchkine

17h50 – 18h00 : Discours de clôture par Sophie Makariou, Présidente du Musée national des arts asiatiques – Guimet

Musée national des arts asiatiques – Guimet
6, place d’Iéna, 75116 Paris
Standard : 01 56 52 53 00
http://www.guimet.fr/fr/

Les services de la Rédaction - Tous droits réservés. 18/05/2015.