Le Musée de la Renaissance à Écouen Visite de la Régionale APHG Île-de-France

- [Télécharger l'article au format PDF]

Par Vincent Multrier [1]

Entretien du Bureau de la Régionale d’Île-de-France avec le Conservateur,Thierry CRÉPIN-LEBLOND à l’occasion d’une visite, le 30 mai 2015.

Ce musée aux collections merveilleuses et particulièrement riches ne bénéficie pourtant que de 60 000 visites, même si 120 000 personnes pénètrent chaque année dans le domaine.

Comme les autres « jeunes » musées de cet espace Nord de Paris, il est trop proche de Paris et souffre de « l’ombre » que lui fait la densité extraordinaire des chefs-d’œuvre de la capitale : Auvers / Oise, Pierrefonds, Chantilly, Royaumont, même si celui-ci bénéficie d’une activité musicale remarquable, n’arrivent pas à atteindre les 100 000 visiteurs par an, que le Conservateur considère comme le seuil minimal pour exister dans les médias. Il est d’autant plus concurrencé par Paris que le trajet vers Écouen, s’il n’est pas très long, est souvent compliqué. L’accès routier rapide par Roissy et la Francilienne n’est balisé qu’à l’intérieur de son département, le Val d’Oise. 22 minutes de train séparent la Gare du Nord et Écouen mais il faut prendre un bus pendant cinq minutes pour rejoindre la Mairie, puis cinq minutes à pied. Voir les correspondances sur le site du Musée.

Photo APHG - VM

UN CADRE ARCHITECTURAL MAGNIFIQUE

Il s’agit du château que le Connétable, et principal ministre de François Ier, Anne de Montmorency, s’est fait construire à partir de 1538. Ce château, a été utilisé comme maison d’éducation par la Légion d’Honneur, de Napoléon à 1959. À cette date, André Malraux l’a transformé en Musée National de la Renaissance en lui confiant une partie des collections du Musée de Cluny. On bénéficie donc d’une unité remarquable entre le cadre architectural très bien préservé (en particulier une série somptueuse de cheminées peintes) et des collections aussi riches que variées.

DES COLLECTIONS AUSSI RICHES QUE VARIÉES

En suivant l’ordre recommandé de la visite, on admire :

  • dans la chapelle qui juxtapose des formes gothiques à des colonnes antiques, la copie (1506-1509) par Marco d’Oggiono de la fameuse (et aujourd’hui très dégradée) Cène de Léonardo da Vinci ;
  • la salle d’armes rassemble une très riche collection d’armes aux décorations somptueuses ;
  • une très belle maquette de l’ensemble du château au milieu du XVIe siècle ;
  • de très beaux meubles d’époque placés dans les appartements du Connétable et de son épouse, Madeleine de Savoie, cousine de François Ier ;
  • la prestigieuse tenture de « L’histoire de David et Bethsabée » réalisée vers 1520 à Bruxelles, dix panneaux sur 75 m de longueur ;
  • le cabinet du roi est décoré d’une série de 9 plaques monumentales émaillées ;
  • une collection impressionnante de céramiques d’Iznik ;
  • de beaux panneaux (muraux ou au sol) de céramique française de Bernard Palissy ;
  • une rare collection de cassoni, coffres de mariage en provenance d’Italie : ceux-ci, très richement décorés, présentent des scènes mythologiques ou de la vie aristocratique ;
  • de très beaux vitraux ;
  • de nombreuses pièces d’orfèvrerie, dont la nef dite de Charles Quint.
Photo APHG - VB

DES ANIMATIONS NOMREUSES ET DYNAMIQUES

Toujours à la recherche des 40 000 visiteurs qui lui manquent, le Conservateur multiplie les expositions et partenariats dans toutes les directions et auprès de toutes sortes d’organismes, en particulier en cette année du quatrième centenaire de Marignan. Son service éducatif se tient à la disposition des enseignants pour préparer les activités qu’ils souhaitent organiser. À plusieurs reprises, des journées pluridisciplinaires d’entrée en classe de 2°, ont été organisées en regroupant histoire / Renaissance, géographie / Roissy ou Plaine de France, ou le front de la croissance parisienne et les SVT, avec les 19 ha de la forêt régionale d’Écouen et une Maison Forestière pédagogique à proximité immédiate du château.

A noter : un site internet, aussi riche et bien organisé que le musée. Lien ici

A découvrir !

Vincent Multrier (textes et photographies) et Vincent Bonneval (photographies).

Château d’Écouen
Rue Jean Bullant, 95440 Écouen
01 34 38 38 50
http://musee-renaissance.fr/

Horaires :
9 h 30 à 12 h 45 et de 14 h 00 à 17 h 45 (fermé le mardi)
Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Photo APHG - VM

Les services de la Rédaction - Tous droits réservés. 30/06/2015.

Notes

[1Membre du Bureau de la Régionale d’Île-de-France de l’APHG et Membre de la Rédaction d’Historiens & Géographes.