Le futur monument aux OPEX à Paris (Jardin Eugénie-Djendi) 18 avril 2017 / Compte-rendu de la rédaction

- [Télécharger l'article au format PDF]

Par le Secrétariat général de l’APHG.

Lancement des travaux du monument aux OPEX dans le Jardin Eugénie-Djendi, dit Jardin Noir du Parc André-Citröen à Paris (XVe). L’APHG y était.

Le mardi 18 avril 2017, Monsieur François Hollande, Président de la République, a inauguré le lancement des travaux du mémorial en hommage aux soldats morts pour la France en opérations extérieures (OPEX) au jardin Eugénie-Djendi, dit Jardin Noir, au Parc André-Citroën (Paris 15e).

En présence des détachements des armées (aviation, infanterie, marine, gendarmerie nationale, de la musique militaire, de la garde républicaine, des représentants des associations d’Anciens combattants, de nombreux anciens OPEX, le Président de la République a suivi une exposition commentée par un lieutenant sous forme de panneaux sur l’histoire des opérations extérieures depuis 1963, puis a présenté l’architecture et la sculpture du monument qui a été commentée par le sculpteur Stéphane Vigny. Il s’agit de soldats en uniforme (une femme et cinq hommes), à échelle humaine, porteurs d’un cercueil virtuel. Les statues sont en bronze. Cet espace mémoriel sera ouvert à tous.

Rappelons que ce projet est né en 2011 à la suite du rapport du Général Bernard Thorette qui entendait rendre hommage à tous ceux et celles qui sont tombés lors des opérations extérieures depuis 1963. Le nombre de tués se monte à 600. Cette sculpture devrait être réalisée dans un an.

Dans son discours le Président a rendu hommage à tous les combattants morts pour la France en opérations extérieures pour défendre nos valeurs de liberté et de démocratie contre le terrorisme international qui a frappé à plusieurs reprises notre territoire. Ces soldats sont morts pour défendre la paix et les valeurs essentielles de l’Humanité.

Note sur Eugénie Djendi (1923-1945). Résistante déportée à Ravensbrück.

Eugénie Djendi (1923-1945) dite « la Merlinette » était une opératrice radio, exécutée à Ravensbrück le 18 janvier 1945 sur ordre de Berlin. Le sous-lieutenant Eugénie Malika, opératrice radio du Corps féminin de transmission d’Afrique du Nord a été parachutée par les service spéciaux d’Alger en Métropole.

Paris, le 30 avril 2017.

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes, 30/04/2017. Tous droits réservés.

Illustration : Jardin S-LTN Eugénie Djendi @ Paris. CC. Source