Miroir du désir : images de la femme dans l’estampe japonaise au Musée Guimet - du 6 juillet au 10 octobre 2016

- [Télécharger l'article au format PDF]

Compte-rendu de visite de presse par Françoise Debrebant pour Historiens & Géographes.

Les femmes japonaises sont à l’honneur cet été au musée Guimet, qui a puisé quelques-uns de ses trésors dans son très riche fonds. Bon nombre de ces estampes viennent du legs Isaac de Camondo : il était en effet, à l’époque de la mode « japonisante », à la fin du 19e siècle, quasiment obligatoire pour un collectionneur de posséder ce type d’objet d’art.

Pour les Occidentaux que nous sommes, l’association des mots « estampe » et « japonaise » renvoie presque automatiquement à l’image de messieurs repus, qui, après dîner au fumoir, les regardent presque en cachette. Si ces estampes : UKIYO-E traitent souvent de thèmes érotiques, voire pornographiques : SHUNGA, ces thèmes ne sont aucunement exclusifs.

La grande époque de leur production va de EDO à MEIJI, soit du début du 17e siècle à la fin des années 1860 de notre calendrier occidental. Après quelques années de déclin, elle redémarre au début du 20e siècle. Outre les gravures que l’on conserve dans une sorte de grand portefeuille, les principaux supports de ces images sont des paravents, très présents dans ces maisons japonaises « modulables ».

Katsukawa Shuncho (actif entre 1780 et 1795) « Crépuscule sur la rivière Sumida » Époque d’Edo, fin de l’ère Tenmei (1781-1788) Diptyque, impression polychrome, 37,3 x 25 cm Paris, musée national des arts asiatiques – Guimet, legs Isaac de Camondo, 1912 © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Harry Bréjat

Miroir du désir

De nombreuses estampes représentent le quartier de YOSHIWARA, à EDO (ancien nom de Tokyo). Ce quartier est une véritable ville close, traversée par une allée centrale, entièrement consacré à la prostitution. On appelle « maisons vertes » les maisons où travaillent les prostituées, qui attendent les clients assises derrière des claies de bois. Il existait des guides de ces maisons, qui ont suscité l’écriture de beaucoup de romans, et, plus tard, de films.

[Détail] Katsukawa Shuncho (actif entre 1780 et 1795) « Edocho, dans le quartier de Yoshiwara » Époque d’Edo, 1791-1793 Impression polychrome, 37 x 75 cm Paris, musée national des arts asiatiques – Guimet, don Mme Charles Jacquin, 1923 © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Daniel Arnaudet

Le métier est très hiérarchisé : vers 10-15ans, la jeune fille entre dans une « maison » comme « assistante » d’une courtisane chevronnée, l’OIRAN. Ce sont le plus fréquemment des filles de la campagne dont la charge est trop lourde pour les parents. Selon leur degré de beauté et d’intelligence, elles reçoivent une éducation parfois raffinée : ce sont les GEISHAS, qui ont une culture autant littéraires (certaines composent des poèmes), voire philosophique, que musicale. Elles savent aussi danser et, naturellement, connaissent la cérémonie du thé. Toutes, cependant, n’arrivent pas au sommet : on appelle « mousquets » celles qui, au bas de l’échelle ,sont supposées transmettre des maladies qui tuent.

Ce quartier spécialisé de Yoshiwara a disparu au 20e siècle.

Les scènes érotiques, voire pornographiques, malgré parfois une grande violence du sujet, sont toujours traitées avec une grande délicatesse, et souvent, beaucoup d’humour, accroché, si l’on peut dire, au thème des saisons : ainsi, « l’étreinte de printemps », ou celle qui a lieu « dans la barque », ou « dans la charrette », les amants qui se cachent « derrière la moustiquaire » ou « derrière les filets de pêche » sont cependant parfois « épiés par la servante ». Des textes souvent très crus accompagnent l’image : ce que se disent tout bas les partenaires, obligés d’être discrets, car les cloisons sont en papier !

Suzuki Harunobu (vers 1725-1770) « Deux amants épiés par une servante » Époque d’Edo, vers 1765 Impression polychrome, 20,8 x 28,7 cm Paris, musée national des arts asiatiques – Guimet, don Ernest Chausson, 1894 © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Harry Bréjat

© Françoise Debrebant pour la Rédaction de la revue Historiens & Géographes. 3 août 2016. Tous droits réservés.

Le communiqué de presse

Crédits photos avec l’aimable autorisation du Service de la communication / Musée national des arts asiatiques – Guimet.

Exposition « MIROIR DU DÉSIR. Images de femmes dans l’estampe japonaise ».
Du 6 juillet au 10 octobre 2016.
Site internet

© Les services de la Rédaction de l’APHG et d’Historiens & Géographes - Tous droits réservés. 04/08/2016.