Oui, les professeurs enseignent la Shoah dans leurs classes ! Communiqué de l’APHG

- [Télécharger l'article au format PDF]

Oui, les professeurs enseignent la Shoah dans leurs classes ! Réponse au dessin de presse de Plantu, Le Monde (3 novembre 2017).

Daté du 3 novembre 2017, un dossier d’un grand quotidien du soir analyse « l’antisémitisme du quotidien » que subissent tant de nos compatriotes. Le dessinateur attitré de la Une de ce journal illustre ce grave sujet par une insulte faite au corps professoral. Le personnage, supposé représenter un professeur, lève les bras, ce que le lecteur peut comprendre comme étant une marque d’irresponsabilité. Le dessinateur lui fait dire : « Moi, ça fait longtemps que je ne parle plus de la Shoah dans ma classe ! »

L’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie (APHG) condamne avec la plus grande fermeté ce dessin qui manifeste à la fois la méconnaissance et le mépris de son auteur à l’égard de notre métier et de ceux qui l’exercent. Nous assumons pleinement, sur le terrain, l’enseignement des questions sensibles. Dans tous les territoires de la République, avec tous les élèves de la Nation, malgré des situations parfois délicates, les professeurs d’Histoire-Géographie font toute sa place à la Shoah, dans le respect des programmes.

Loin d’avoir baissé les bras, les professeurs d’Histoire-Géographie se retrouvent parfois bien seuls dans l’enseignement de ces questions sensibles. Ce ne sont pas des caricatures injurieuses que nous attendons de la part d’un journal de cette qualité, mais de l’information vérifiée. Que les journalistes du Monde viennent observer nos classes et rendre honnêtement compte de notre mission de service public, dans les territoires les plus ignorés et ils constateront que la Shoah est toujours étudiée dans les classes de la République !

Qu’ils fassent honnêtement leur métier, comme nous faisons le nôtre !

Le Président Franck Collard et le Bureau national de l’APHG.

Paris, le 3 novembre 2017.

Dessin de presse en Une, Le Monde, 3 novembre 2017. DR.
Note de la Rédaction : L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie et sa revue Historiens & Géographes sont en première ligne depuis de nombreuses années sur les « questions vives » et leur enseignement ainsi que dans l’organisation et la promotion du Concours national de la Résistance et de la Déportation (depuis 1964) [1] . Les professeurs ont beaucoup investi ce domaine et continuent à le faire sans faillir, par souci d’histoire et de pédagogie. Ainsi, dès 1982, l’APHG et le Centre de Documentation juive contemporaine (CDJE) organisaient à l’Ecole normale supérieure un colloque intitulé « Enseigner la Shoah ». Voici ce qu’écrit dans un article de notre revue, également disponible en ligne, l’historienne Annette Wievorka : « La date est précoce : la persécution des Juifs ne figure pas encore dans les programmes ; le choix du mot « Shoah » audacieux : le film éponyme de Claude Lanzmann est encore en gestation. Il sortira sur les écrans cinq ans après, en 1985. Mais les débats sont alors vifs : comment nommer cet épisode de l’histoire qui émerge comme événement séparé de la Seconde Guerre mondiale ? » [2]

© Les services de la Rédaction de l’APHG et d’Historiens & Géographes - Tous droits réservés. 03/11/2017.

Illustration en une : Vue du camp d’Auschwitz-Birkenau. Voyage d’étude des professeurs-stagiaires de l’IUFM de Bordeaux en partenariat avec le Mémorial de la Shoah. Février 2010. MC. / DR.

Notes

[1Voir par exemple : Christine Guimonnet, « Est-il possible d’enseigner la Shoah dans un cadre laïque aujourd’hui ? », Actes de la journée d’étude de l’APHG, L’Histoire, la Géographie et la laïcité à l’école, 28 mars 2015, Paris. En ligne : https://www.aphg.fr/Enseigner-l-his... (publié le 25 octobre 2015, consulté le 3 novembre 2017) ou encore à titre d’exemple, l’université d’été du Mémorial de la Shoah, à Paris, dont l’APHG est partenaire, qui permet de mettre en relation enseignants, toutes disciplines confondues, universitaires, chercheurs, spécialistes autour de conférences, de discussions, de projections et de visites...

[2Annette Wievorka, « Enseigner la Shoah », Historiens & Géographes n° 412, novembre 2010, p. 157. En ligne : https://www.aphg.fr/Shoah (consulté le 3 novembre 2017).