Réforme des lycées : des aménagements s’imposent pour une rentrée sereine Communiqué de l’APHG

- [Télécharger l'article au format PDF]

Réforme des lycées : des aménagements s’imposent pour une rentrée sereine.

Le confinement lié à la crise sanitaire a achevé de perturber une année scolaire entamée dans des conditions pour le moins délicates. Les difficultés nées de la mise en œuvre de la réforme du lycée ont parfois créer des tensions en mettant sous pression les personnels et les élèves. Ces derniers ont vécu au troisième trimestre une période qui peut difficilement être prise en compte dans l’organisation de la rentrée prochaine.

Préparer une rentrée sereine est un impératif pour que les lycéens retrouvent un climat propice au travail et aux apprentissages avec un temps d’adaptation en septembre prochain. Celui-ci pourra prendre des formes différentes selon les établissements en fonction des besoins des élèves mais des indications nationales d’aménagements des programmes s’imposent, dans tous les niveaux, et tout particulièrement dans les classes à examen.

Des propositions du comité de suivi de la réforme voudraient que les « E3C » soient remplacées par deux « Devoir Communs sur Table » qui se dérouleraient en 1re et en Terminale, pendant les heures de cours : cela constituerait un nouveau recul du cadre national du Baccalauréat tout en fragilisant les conditions d’examen.

L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) demande :

  • l’annulation des E3C : que les élèves soient évalués dans le cadre de deux épreuves, une en 1re et l’autre en Terminale sur un temps banalisé et dans un cadre national ;
  • des discussions pour que le volume horaire de l’Histoire-Géographie dans la voie technologique passe de 1h30 à 2h hebdomadaires ou, à défaut, que l’on supprime une question en histoire et une en géographie par niveau ;
  • des programmes d’Histoire-Géographie aménagés dès la rentrée 2020 pour tenir compte de la période très particulière que nous venons de vivre. Des propositions ont été faites par l’APHG, reçue le 1er juillet par le Conseil Supérieur des Programmes : rendre les points de passage et d’ouverture facultatifs en histoire dans les trois niveaux, permettre l’intégration des thèmes conclusifs dans les autres chapitres en géographie.

Le Bureau national et l’atelier Lycée général et technologique de l’APHG.

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes - Tous droits réservés. 02/07/2020.