Retour de Belfast (23e Conférence annuelle d’Euroclio) Compte-rendu de la rédaction

- [Télécharger l'article au format PDF]

Nous publions ci-dessous le compte-rendu de notre collègue Caroline Morel (APHG Lyon) qui a représenté la France auprès de la 23e Conférence annuelle d’Euroclio, dont l’APHG est membre. Cette importante manifestation internationale, rassemblant des délégués originaires de 47 pays différents, s’est tenue à Belfast, du 19 au 24 mars 2016. Caroline Morel y a notamment défendu la candidature de la France via notre association pour l’organisation de la 25e Conférence à Marseille, en avril 2018.
Université de Belfast © Photo Caroline Morel / APHG

Par Caroline Morel [1]

1/ L’association Euroclio

Nous sommes membres effectifs en tant qu’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG), à la suite de contacts entre Hubert Tison et Jonathan Even-Zohar, directeur (photo). [2]

Jonathan Even-Zohar, Directeur d’Euroclio © Photo Caroline Morel / APHG

Je suis le premier professeur à participer à un de leur projet concrètement (projet « SCC réduire au silence les citoyens par la censure »).

Tout est expliqué sur leur site, et dans l’article que j’ai publié sur le site de l’APHG en février dernier. [3]

Pour mémoire, il s’agit d’une association indépendante qui a pour but, avec un très fort appui de l’Union Européenne, commission culture et enseignement, de promouvoir la citoyenneté européenne et de lutter contre les dérives totalitaires.

Elle publie régulièrement ses activités sur son site et dispose d’un important portail de ressources en ligne, Historiana.

http://historiana.eu/

2/ La conférence annuelle d’Euroclio

  • Sert à faire le bilan des activités, présenter les ateliers et projets en cours ;
  • Appelle environ 200 membres ;
  • Sert à voter, comme lors de toute Assemblée Générale, les décisions et les nouveaux membres. Chaque association a un nombre de votes correspondant à son importance (j’ai ainsi eu 4 votes à donner au nom de l’APHG) ;
  • A lieu chaque année dans l’un des pays membres de l’association. Ainsi en 2015 à Copenhague, en 2016 à Belfast et en 2017 à San Sebastián (Espagne, Communauté autonome basque). Et en 2018 ? Peut-être Marseille...
24th EUROCLIO Annual Conference : Intersections / How Can History Education Change Today ?

3/ Structure de la conférence

  • Durée : 5 jours.
  • La ville – pays d’accueil sert de tête de pont logistique pour aider Euroclio à installer sa conférence.

Belfast

Mur entre protestants et catholiques. Ici côté protestant © C. Morel / APHG

Pour l’organisation de la Conférence, Euroclio demande :

  • Un regard sur l’organisation du planning en concertation avec l’équipe locale
  • Réserve un certain nombre de créneaux pour présenter ses activités (environ 60 %), par exemple le mot de la présidente, les projets en cours, différents ateliers (cette année par exemple des coréens pour évoquer leur cas sur une problématique analogue à celle de Belfast) ;
  • Une équipe interface localement ;
  • Un hôtel central pour ses membres de bureau et ambassadeurs ;
  • Pouvoir travailler en anglais ;
  • Terminer la conférence avec un gala (+ spectacle).

Euroclio aide et assure :

  • Aide constante pour l’organisation logistique, répond très vite ;
  • Le montage des dossiers financiers (environ 70 000 à 80 000€) ;
  • La recherche de partenaires financiers ;
  • Le Planning ;
  • L’envoi du programme et le suivi des courriers auprès de ses membres.

4/ L’équipe locale

Elle constitue une équipe solide de personnes motivées avec chacune une fonction précise.

Cette équipe assure la logistique et travaille environ un an. Elle établit tous les contacts pour Euroclio. Sur place : elle travaille avec Euroclio durant toute la conférence.

Conférence Euroclio 2016 © C. Morel / APHG

Cette année, il y a eu trois différents lieux de conférences : l’université des lettres, celle des sciences et le musée de l’Ulster. Des visites de lieux culturels ont été organisées. L’équipe invite des personnalités locales pour accueillir la conférence : nous avons vu le ministre de l’éducation pour l’Irlande du Nord, une conseillère de l’Unesco et une représentante du conseil de l’Europe.

Repas au Titanic Center © C. Morel / APHG

Un thème est décidé en concertation, dans le cadre des missions d’Euroclio et des activités du pays d’accueil. La ville d’accueil doit être un des aspects de ce thème : ainsi à Belfast : « questions de mémoires, comment enseigner l’histoire avec l’héritage d’un passé violent ».

Belfast a été au centre de beaucoup d’interventions, de même que la guerre en Irlande, la répression britannique, la question de la paix incomplète, des livres scolaires, des programmes. On fait le tour de la question.

Il faut donc des universitaires - un peu comme sur le principe des journées APHG que nous organisons nationalement et localement -, des professeurs impliqués dans des projets pédagogiques particuliers, des expériences (à Belfast, 20 intervenants), des intervenants du monde de la culture : musées, institutions, associations... Et aussi des personnalités officielles... L’Europe et la défense de la paix restent au centre du programme.

Enfin, une vingtaine d’ateliers sont présentés par jour avec 6 à 7 groupes en simultané ; il est donc impossible de les suivre tous, il faut choisir : l’enseignement de l’histoire, les pratiques pédagogiques en histoire, les stratégies différentes, les supports pédagogiques (à Belfast 37 intervenants).

Ainsi, j’ai pu voir un atelier animé par le musée des armées qui nous a fait travailler sur les représentations et les idées reçues à propos de l’armée ; un autre sur la médiation culturelle de la future maison des migrations à Bruxelles (animé par une médiatrice française d’ailleurs), où nous devions aussi donner notre avis sur les activités, le niveau, les sources... etc.

Il y a eu l’atelier de mon groupe sur la censure (à partir de sources de 3 pays différents).

Atelier (workshop) « Silencing Citizens trough censorship » © C. Morel / APHG

Projet de candidature de la France via l’APHG

  • Pour le printemps 2018
  • Public visé : Membres d’Euroclio dans toute l’Europe (nombre variable mais environ 150 à 200), Membres de l’APHG... Avec écho national, suivi et publication. Etudiants CAPES (pourquoi ne pas inclure certaines conférences dans une journée de formation ESPE). A voir aussi, public averti sur inscription individuelle.
  • Dans le cadre de notre projet 2018, on attend aussi des visites de sites, un ou deux musées, une ou deux excursions en lien avec les conférences du jour.
  • Enfin, l’APHG a aussi une intervention pour présenter ses activités à la conférence. A Belfast, on a eu plusieurs interventions du responsable local au cours du séjour...
Caroline Morel, Belfast 2016.

© Caroline Morel pour la Commission Europe de l’APHG - 20 juillet 2016.

© Les services de la Rédaction de l’APHG et d’Historiens & Géographes - Tous droits réservés. 04/08/2016.

Notes

[1Commission Europe. Professeur d’Histoire-Géographie, section binationale Esabac au Lycée Jean Perrin, Lyon et Trésorière de la Régionale APHG de Lyon.

[2Siège à La Haye aux Pays-Bas, avec un secrétariat et un bureau permanent. Langue de travail : anglais. Directeur Jonathan Evan Zohar, une Présidente + bureau qui compte environ 15 personnes.