Rolande Trempé, grande historienne du mouvement ouvrier Disparition

- [Télécharger l'article au format PDF]

Nous avons appris avec tristesse le décès de Rolande Trempé qui allait fêter ses cent ans dans quelques mois.

Née le 31 mai 1916, elle était fille d’ouvrier. Son père mourut sur les champs de bataille de la guerre de 1914-1918. Elle exerça dans le secondaire comme professeur d’histoire-géographie et adhéra au Parti communiste pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle le quitta en 1948.

Elle soutint sa thèse sur Les mineurs de Carmaux (1848-1914) - dont le député avait été Jean Jaurès - en 1973 (parue aux Editions ouvrières).

Rolande Trempé y déploya toutes ses qualités d’analyste d’une histoire sociale s’intéressant au milieu ouvrier mais aussi aux autres composantes de la population, notamment les milieux patronaux et catholiques. Devenue Professeur à l’université de Toulouse, elle continua ses recherches et manifesta son rayonnement. Nous reviendrons sur le site national de l’APHG et dans la revue Historiens & Géographes sur cette grande figure.

A sa famille, l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) présente toute sa sympathie.

Paris, le 16 avril 2016.

Le Secrétariat général de l’APHG

© Les services de la Rédaction - Tous droits réservés. 16/04/2016.

Illustration en « une » : Rolande Trempé, une historienne dans son siècle, « Mondes sociaux », https://sms.hypotheses.org/3773