Séquence Troisième - Archéologie de la Première Guerre mondiale Ressources pédagogiques

- [Télécharger l'article au format PDF]

Voici une séance pédagogique construite en partenariat avec l’INRAP, à partir d’objets du quotidien découverts lors de fouilles archéologiques et référencés en ligne sur la très riche banque d’images de l’INRAP.
Elle correspond au thème 1 / chapitre 1 du programme de 3e.

Par Emmanuel Menetrey  [1].

Archives du sol et du sous-sol : l’archéologie de la 1re Guerre mondiale

Activité n°1 : Les objets du quotidien

Présentation de l’activité

Objectifs généraux :
→ Construire, étayer et / ou évaluer les connaissances des élèves sur le chapitre traité.
→ Découvrir le travail des archéologues, y compris pour la période contemporaine et donc faire évoluer les représentations des élèves sur cette discipline scientifique (représentations que l’on pourra initialement faire émerger par un dialogue préalable avec les élèves sur ce qu’est à leurs yeux l’archéologie et quelles sont les méthodes et objectifs des scientifiques qui la pratiquent).
→ De façon plus globale, mener une réflexion sur les conditions de production du savoir scientifique.

Place dans la programmation :
Cette activité s’inscrit dans le 1er thème du programme d’Histoire de la classe de 3e, « L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945), au sein du chapitre 1, « Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale ».
Sa place dans la progression du chapitre peut être variable.
Elle répondra, quel que soit le choix effectué, à la problématique suivante : « Sur quels aspects de la 1re Guerre mondiale l’archéologie peut-elle nous apporter des connaissances ? ».
Dans le cadre du PEAC, on peut imaginer que cette activité serve de support de présentation à l’épreuve orale du DNB.
De façon très inductive, l’activité peut être proposée en ouverture du chapitre. Elle laissera dès lors une grande place à la construction d’hypothèses par les élèves sur les domaines de connaissances abordés, que la suite du chapitre viendra confirmer (scénario n°1)
De manière filée, certains éléments du portfolio peuvent être mobilisés au gré du déroulement du chapitre, comme document d’accroche, comme support d’un questionnement (par exemple dans le cadre d’une évaluation formative) ou comme illustration, bien que ce dernier usage soit en général moins riche pédagogiquement. (Scénario n°2)
Enfin, l’activité peut être mise en place au terme du chapitre, et éventuellement en guise d’évaluation sommative (scénario n°3).
Selon le moment du chapitre, le déroulement de l’activité connaîtra donc des variantes, détaillées dont quelques possibilités sont détaillées ci-dessous.
Supports documentaires : https://enseignants.inrap.fr/media/...
On peut ici souligner la grande richesse documentaire du portfolio. Il conduira nécessairement à des choix conciliables avec l’impératif chronologique du déroulement d’une séance et, de manière plus générale, du traitement du chapitre et donc de l’ensemble du programme.

La suite est à consulter en cliquant sur les fiches ci-dessous.

Présentation de l’activité - DR.
Séance introductive : sélection des objets par les élèves - DR.
Analyse portfolio - DR.
Activité - Une boîte de sardines - DR.
Activité boîte de sardines / réponses attendues - DR.

© Emmanuel Menetrey pour Historiens & Géographes, 30/08/2022. Tous droits réservés.

Notes

[1Professeur d’histoire-géographie en collège à Dijon.