« Sur la piste des grands singes » au Jardin des plantes Lancement d’une campagne d’appel aux dons

- [Télécharger l'article au format PDF]

Dans le cadre de l’exposition Sur la piste des grands singes, le Muséum national d’histoire naturelle lance une campagne d’appel aux dons pour lutter contre le braconnage des chimpanzés en Ouganda.

Dans le cadre de l’exposition Sur la piste des grands singes, le Muséum lance une campagne d’appel aux dons pour aider à lutter contre le braconnage et à œuvrer pour la sauvegarde des chimpanzés dans le Parc national de Kibale en Ouganda. Un moyen pour tous de s’engager aux côtés des chercheurs du Muséum pour la préservation de la nature.

Dans le parc national de Kibale, dans l’Ouest de l’Ouganda, les chimpanzés sont les victimes indirectes d’une chasse non sélective et illégale. Des pièges, collets fabriqués avec des câbles de vélos, sont posés par des villageois dans la forêt et à la bordure du parc pour capturer du gibier - antilopes, cochons sauvages. Les chimpanzés qui arrivent à se dégager du piège à force de se débattre s’en échappent le plus souvent avec le câble entré profondément dans la chair de leurs membres - autour des doigts, du poignet, de la cheville - et le gardent des mois, voire des années, jusqu’à ce que ces parties de membres se nécrosent et tombent.

Aujourd’hui, le travail des chercheurs du Muséum dans la zone de Sebitoli, à l’extrême nord du parc, a permis de découvrir que plus d’un tiers des 80 chimpanzés identifiés ont des mutilations causées par ces pièges. Le Muséum lance donc une campagne d’appel aux dons dont l’objectif est de limiter au plus vite le braconnage des chimpanzés de cette zone et de sensibiliser les populations locales aux conséquences de ces pièges sur les chimpanzés, espèces protégées, et les enjeux de leur préservation.

À quoi servent les dons ?
À financer le recrutement et la formation de gardes pour les patrouilles de retrait des pièges, l’achat de leur équipement de terrain (tenues, sacs à dos, lampes frontales…) et de matériel technique (GPS, appareil photo) pour l’enregistrement et le suivi des actions (rapport régulier avec cartographie des pièges). Les gardes se déplaceront sur l’ensemble du territoire des chimpanzés (25 km2) de Sebitoli afin de désamorcer les pièges.
À financer plusieurs jours de sensibilisation par mois auprès des habitants vivant et travaillant autour du parc et dans les écoles les plus proches des lieux de collecte des pièges.

Comment s’y prendre ?
Les dons peuvent être faits dès maintenant par chèque et envoyés par voie postale, accompagnés d’un formulaire téléchargeable sur le site de l’exposition grandssinges.fr. Dès la mi-mars, une plateforme de dons en ligne sera opérationnelle, accessible également sur la page dédiée du site grandssinges.fr.

Communiqué de presse ci-joint

Les services de la Rédaction - 16/02/2015. Tous droits réservés.

Illustration : Twig © Jean-Michel Krief DR.