Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens Communiqué & dossier de presse

- [Télécharger l'article au format PDF]

Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965). Du 31 mars au 13 juillet 2017. Site de Pierrefitte-sur-Seine.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, dans les rues et sur les places, aux frontons des écoles, dans les préfectures et les mairies, les œuvres qui sont données à voir au plus grand nombre sont bien souvent des commandes d’État, qui prennent tout leur essor au moment de la création du 1 % artistique, en 1951. Sculptures, fresques, ou encore mosaïques, ces œuvres monumentales prennent place dans l’espace publique, sur le plafond de l’Opéra de Paris, mais aussi dans les rues du Havre, de Pierrefitte-sur-Seine, de Stains ou de Saint-Denis, illustrant ainsi la volonté d’un art pour tous.

L’exposition Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) apporte un éclairage original et documenté sur cette politique d’acquisition dont les prémices datent de la Révolution française. Au-delà des grandes opérations prestigieuses, telle que la commande passée à Marc Chagall pour le plafond de l’Opéra-Garnier, l’exposition rend compte de la réalité quotidienne de la relation de l’État à l’artiste et à son public, au travers de nombreux dossiers de commandes et d’une sélection d’œuvres qui en résultent, remises dans le contexte spécifique de l’époque.

Vidéo de présentation en ligne.

Le dossier de presse

Illustration en « une »  : Affiche : Henri-Georges Adam, Le Signal, 1961, Fnac 9032, musée d’art moderne André Malraux – MuMA Le Havre (Seine-Maritime) © Droits réservés. Photo : Florian Kleinefenn.

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes. Le 6 avril 2017. Tous droits réservés.