Lettre ouverte à Madame la Ministre de l’Education nationale Information aux adhérents de l’APHG

- [Télécharger l'article au format PDF]

Lettre adressée à Madame Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, par Bruno Benoit, Président de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG).

Madame la Ministre,

Les événements tragiques de début janvier 2015 ont fait naître « l’esprit du 11 janvier ». Les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité forment le socle du pacte républicain fondé sur la laïcité. Celle-ci est le moyen de vivre ensemble, dans le respect des différences, et donc de pouvoir échanger, dialoguer et agir ensemble et non côte à côte. Or, le lieu où tout se joue est l’École.

Au sein de l’École, les professeurs d’Histoire et de Géographie se déclarent prêts à être les moteurs de leur établissement dans le réarmement intellectuel nécessaire pour stopper l’endoctrinement et les mensonges qui circulent sur les réseaux sociaux et qui sèment chez les élèves des graines de discorde gravement préjudiciable au vivre ensemble républicain. Ils mettent leurs disciplines au service de l’Ecole. Ils sont depuis longtemps, Madame la Ministre comme vous me l’avez écrit [1], en première ligne pour enseigner, avec la profondeur historique indispensable et la connaissance du monde, la citoyenneté, la République, le civisme et, en cela, se déclarent prêts à répondre au nouveau contrat social citoyen que vous proposez.

Pourtant, jamais depuis le 7 janvier, les termes d’Histoire et de Géographie n’ont été prononcés, seul le Premier ministre les a évoqués dimanche 1er février à la Mutualité. Or, ces deux disciplines contiennent tout ce que le Président de la République vient d’évoquer pour réussir à écarter le communautarisme et préserver l’unité de la République. Cependant, ce nouveau contrat social citoyen ne pourra pas se faire sans un appui ferme sur les savoirs. Je vous rappelle les mots du Président de la République : « L’école c’est la transmission des savoirs, c’est la transmission des valeurs ».

L’Association des professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) vous demande solennellement, en ces moments cruciaux pour l’avenir de la République, que le Conseil supérieur des programmes (CSP) ne fasse pas disparaître ou diminuer les savoirs au profit des compétences, de façon que les tous les enfants de France puissent avoir les mêmes repères solides et la culture nécessaire à la conjuration des peurs et des haines. Elle vous demande aussi de garantir toute leur place aux savoirs dans les procédures de recrutement des futurs enseignants.

Nous vous demandons de nous recevoir avant que vous décidiez horaires et programmes pour le collège. L’APHG pense qu’une pétition nationale proposée à la signature de tous les Françaises et Français sera la deuxième étape de notre démarche.

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l’expression de mes hommages les plus respectueux.

Bruno BENOIT
Président de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)
Professeur des universités en Histoire à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Paris, le 20/02/2015.
Le Secrétariat général de l’APHG - 20/02/2015. Tous droits réservés.

août 2016 :

Rien pour ce mois

juillet 2016 | septembre 2016

Tous les rendez-vous de l'APHG >>

  • Suivez-nous
Ancien site de l'APHG
adherer
abonner
Régionales Régionale de Lille Régionale d'Amiens Régionale de Rouen Régionale Ile de France Régionale de Reims Régionale de Nancy-Metz Régionale de Strasbourg Régionale de Caen Régionale de Rennes Régionale de Nantes Régionale d'Orléans-Tours Régionale de Dijon Régionale de Besançon Régionale de Poitiers Régionale de Limoges Régionale d'Auvergne Régionale de Lyon Régionale de Grenoble Régionale de Bordeaux Régionale de Toulouse Régionale de Montpellier Régionale d'Aix-Marseille Régionale de Nice Régionale de Corse Régionale de Guadeloupe Régionale de Guyane Régionale de la Réunion