Deux messagers du bout du monde au Musée de l’Homme à partir du 13 octobre 2016 - Communiqué de presse

- [Télécharger l'article au format PDF]

Entrée libre.

Une pirogue et une parure ont fait un très long voyage avant de prendre place au Musée de l’Homme. La pirogue est issue du cœur de la forêt amazonienne équatorienne et les éléments de la parure viennent des hautes terres de Papouasie-Nouvelle Guinée. Ces deux « manifestes » ont en commun de provenir de forêts primaires menacées et sont porteurs des messages des peuples autochtones dont ils sont issus.

Les 2 ambassadeurs de ces peuples remettront le 13 octobre à 11h30 à Bruno David, Président du Muséum national d’Histoire naturelle, ces précieux objets, qui seront par la suite exposés dans la galerie d’accueil.

Mudije © Marc Dozier

Le Musée de l’Homme accueille le Chef MUNDIYA KEPANGA, ambassadeur de la tribu des Huli de Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui a effectué plusieurs voyages en Europe au cours desquels il a donné des centaines de conférences à l’invitation de musées, de chercheurs ou d’établissements scolaires. Présent à la COP21 au pavillon des peuples autochtones, Mundiya a alerté sur les conséquences des changements climatiques : sécheresse, apparition de nouveaux insectes compromettant la culture de la patate douce, principale ressource alimentaire...

La parure

A cette occasion, le Musée de l’Homme fait l’acquisition d’une parure contemporaine portée par les membres de la communauté Huli. Cette entrée dans les collections fait suite à la visite à Paris du chef Mundiya Kepanga à l’occasion de la COP21 et sa prise parole lors du colloque international organisé par l’UNESCO et le Muséum national d’Histoire naturelle sur le thème « Temps d’incertitude et Résilience : les Peuples Autochtones face aux Changements Climatiques ».

Ce geste symbolise la volonté de cette communauté autochtone de Papouasie-Nouvelle-Guinée de tisser des liens avec les sociétés occidentales - et avec le Musée de l’Homme en particulier.

« Frères des arbres » , documentaire de 52 min., réalisé par Marc Dozier et Luc Marescot, sera projeté en avant-première à l’Auditorium Jean Rouch le 2 décembre à 20h, en présence de Marc Dozier.

Pirogue Colibri - ©MNHN - C. Arnould - sarayaku@parolesdenature.org

La Pirogue « KINDY CHALLWA » Ou « PIROGUE POISSON-COLIBRI » connaît un destin hors du commun. Taillée dans le tronc d’un arbre appelé pinchi, la Pirogue a été conçue spécialement par le Peuple Kichwa de Sarayaku à l’occasion de la COP21. Esthétiquement soignée, elle est transportée sur des kilomètres de forêt amazonienne, quitte l’Equateur, franchit l’Atlantique et arrive à Paris. Le 8 décembre 2015, elle touche les eaux de Paris au bassin de la Villette. Puis, la Pirogue est exposée au Bourget en pleine COP21 au coeur du pavillon de l’ONU des peuples autochtones.

À partir du 13 octobre 2016, elle sera accueillie au Musée de l’Homme en présence de représentants du Peuple Kichwa de Sarayaku, à quelques jours de l’ouverture de la COP22 à Marrakech. L’épopée n’en est qu’à son début. La Pirogue dont le port d’attache est dorénavant le Musée de l’Homme est destinée à être itinérante : à chaque retour de voyage à travers l’Europe, elle rapportera aux visiteurs du musée le récit de ses voyages et de ses rencontres.

Le Peuple Kichwa de Sarayaku est une tribu amérindienne qui vit en Equateur sur un territoire de 135 000 hectares de forêt primaire, accessible uniquement par voie d’eau ou par les airs et dont l’environnement est menacé par la déforestation et l’exploitation pétrolière. Ce peuple de 1200 habitants vit de la chasse, de la pêche et de l’agriculture vivrière, il lutte pacifiquement depuis des décennies pour sa survie.

Projection du film documentaire « Le chant de la fleur », de Jacques Dochamps et José Gualinga, en présence de Corinne Arnould, présidente-fondatrice de l’association « Paroles de Nature », et de Serge Bahuchet, Directeur du département Hommes, Natures, Sociétés (Muséum) samedi 15 octobre 2016 à 14h30 – Auditorium Jean Rouch.

ACCUEIL DES DEUX MESSAGERS LE JEUDI 13 OCTOBRE EN MATINÉE

Ces événements s’intègrent à la saison EMPREINTES consacrée aux peuples autochtones et entre en résonance avec les thématiques la dernière partie de la Galerie de l’Homme : « Où allons-nous ? ».

Télécharger le dossier de presse en pièce jointe.

© Les services de la Rédaction de la revue Historiens & Géographes. Le 29/08/2016. Tous droits réservés.

Visuels : © Marc Dozier et © C. Arnould / sarayaku@parolesdenature.org
Illustration « en une » : Galerie de l’Homme (Musée de l’Homme, Paris), 2015,source