2017 : le Château du Clos Lucé en fête Léonard de Vinci, le metteur en scène des fêtes royales

- [Télécharger l'article au format PDF]

Il y a 500 ans, François Ier nomme Léonard de Vinci « maître des divertissements » et lui commande des projets de fêtes royales. Le « Premier peintre, ingénieur et architecte du Roi » restitue à Amboise les fastes italiennes, costumes, jeux de lumières, mécanismes ingénieux, automates, l’artiste se fait l’artisan des féeries destinées à célébrer la grandeur et la puissance du Roi de France.

En 2017, la famille Saint Bris, propriétaire des lieux invite le public à la découverte des savoir-faire méconnus du génie italien à travers une programmation culturelle originale. Création unique de costumes de fêtes d’après les dessins de Léonard de Vinci, nocturnes estivales restituant l’ambiance des fêtes du Clos Lucé ou encore le Festival Européen de Musique Renaissance permettront tout au long de l’année de renouer avec les féeries offertes par Léonard de Vinci à la Cour de François Ier.

Le Château du Clos Lucé DR

Léonard de Vinci, le metteur en scène des fêtes royales

En 1516, Léonard de Vinci arrive au Château du Clos Lucé, invité par François Ier. S’inspirant des fêtes qu’il a organisé en Italie à la Gloire des Médicis, l’artiste se fait le metteur en scène d’événements qui veulent affirmer la puissance du Roi et le rayonnement de son image au sein des cours d’Europe. Il imagine des effets spéciaux, joue avec les lumières, créé des costumes exceptionnels. Les Ambassadeurs invités témoignent et s’émerveillent, à l’image de Galeazzo Visconti, ambassadeur de Mantoue à la cour de France au sujet de la fête du Paradis au Clos Lucé : « […] Il y avait quatre cents candélabres à deux branches, et tellement illuminés, qu’il semblait que la nuit fut chassée ».

Le Château du Clos Lucé a confié au metteur en scène Didier Girauldon et à l’ensemble le Banquet du Roy l’organisation de trois nocturnes estivales, les 21 juillet, 4 et 11 août, pour retrouver l’esprit festif de Léonard de Vinci.

Les études menées par les plus éminents spécialistes du Maître pour l’exposition « Léonard de Vinci et la France » s’enrichissent cette année par les travaux de Laure Albert sur les fêtes à la Renaissance « Recherches sur l’iconographie des fêtes de cour en France (1515-1589) ». [1]

Les fêtes données au Clos Lucé entre 1516 et 1519

La Fête à Argentan donnée par Marguerite d’Angoulême, sœur du roi François Ier. A cette occasion, Léonard de Vinci imagine et fait construire un lion automate mobile qui, frappé par le roi à la poitrine, laisse échapper à ses pieds des fleurs de lys, symboles de la royauté française.

La Double célébration pour le baptême royal du dauphin François de France, et pour les noces de sa nièce, et future mère de Catherine de Médicis. A cette occasion, Léonard de Vinci dessine un arc de triomphe surmonté d’une colonne.

La reconstitution de la mythique bataille de Marignan (1515) inscrite dans la mémoire collective des Français. En reconstituant de gigantesques décors, dont un château de bois, ce réel simulacre de guerre réunit 10 000 figurants… un exploit !

La fête du Paradis, Léonard de Vinci offre une féerie nocturne avec quatre cents candélabres à deux branches, et simule, dans la nuit et à ciel ouvert, la voûte céleste étoilée.

Léonard de Vinci, créateur de costumes de fêtes

Dans sa demeure française du Clos Lucé, Léonard de Vinci imagine des costumes de scène dont les originaux sont aujourd’hui conservés à Bibliothèque Royale de Windsor. 500 ans plus tard, le Clos Lucé confie à Bas et Hauts, un atelier spécialisé dans la confection de costumes, une reconstitution précise de ces magnifiques tenues de fêtes. Ces pièces seront présentées dans un espace dédié à « Léonard de Vinci organisateur de fêtes et fééries royales » au cœur de l’exposition Léonard de Vinci et la France.

La musique au cœur des festivités en 2017

Au cœur des festivités, le Château du Clos Lucé organise son festival annuel de musique. Nommé maître de fête, Léonard de Vinci s’inspire en son temps de la musique sacrée ou profane. Grand musicien, il dessine des instruments, dont la fameuse Lira da braccio à tête animale et imagine la viola organista, entre le clavecin, l’orgue et la viole de gambe, à cordes frottées et à clavier.

Les 22, 23 et 24 septembre prochains le festival Européen de Musique Renaissance accueille une programmation originale :

  • Vendredi 22 septembre - 20H30 – L’Ensemble Il Festino dirigé par Manuel de Grange : « In taverna ou le triomphe de Bacchus »
  • Samedi 23 septembre- 15H30 – L’Ensemble Céladon dirigé par Paulin Bündgen « De Venise à Ottawa »
  • Dimanche 24 septembre- 15H30 – Les Frères Bouclier - Dimitri et Julien Bouclier pour un programme diversifié

Pour la première fois en France, avant chaque représentation, le pianiste polonais Sławomir Zubrzycki donne un court récital de 30 minutes sur la viola organista, l’instrument recréé à partir des dessins et études de Léonard de Vinci.

A propos du Château du Clos Lucé

A Amboise, la mission du Château du Clos Lucé est de permettre à un large public de découvrir et de comprendre Léonard de Vinci artiste, homme de science et ingénieur. Sa demeure et son parc sont des espaces d’innovations et d’interactivité, ils présentent un patrimoine vivant, en mouvement, et tourné vers l’avenir.

Dates clés :

  • 1516 : Arrivée de Léonard de Vinci au Château du Clos Lucé
  • 1519 : mort de Léonard de Vinci dans sa chambre, au Clos-Lucé
  • 1954 : Ouverture au public
  • 2003 : Création du Parc Leonardo da Vinci premier musée de plein air dédié au maître italien
  • 2007 : Création du « Jardin de Léonard »
  • 2009 : Exposition « Léonard de Vinci et la France » qui marque la connaissance sur le travail réalisé par l’artiste pour les Rois de France
  • 2016 : Fin des campagnes de restauration
Communiqué de presse illustré

© Les services culturels de la Rédaction d’Historiens & Géographes, 20/03/2017. Tous droits réservés.

Notes

[13e monument le plus visité du Val de Loire, 361 000 visiteurs en 2016.