Exposition « Le Havre - Dakar. Partager la mémoire » 24 juin - 31 décembre 2017 au Muséum du Havre

- [Télécharger l'article au format PDF]

L’exposition donne à découvrir un florilège des arts traditionnels d’Afrique de l’Ouest tout en questionnant la signification symbolique, sociale et religieuse d’un objet d’art africain et la manière de leur restituer la « parole ».

Crée il y a tout juste 500 ans par François 1er pour « tenir en sureté les navires et vaisseaux de nos sujets naviguant sur la mer océane », le port du Havre entretient des liens anciens et privilégiés avec l’Afrique, et singulièrement avec le Sénégal. Une importante communauté sénégalaise et franco-sénégalaise vit au Havre et dans sa périphérie, environ 10 000 personnes. C’est à cette communauté, au moment où la Ville fête le cinquième centenaire de sa création, que le Muséum du Havre dédie son exposition « Le Havre-Dakar, partager la mémoire ».

Masque- W. de Sémien, sud-ouest de la Côte d’Ivoire, 20e s.- Bois polychrome. Muséum d’histoire naturelle, Le Havre, (don veuve du Général Amiel) © Guillaume Boutigny

LES COLLECTIONS HAVRAISES DU GÉNÉRAL ARCHINARD

En plus de ses collections de sciences naturelles, le Muséum du Havre, installé en 1876 dans ses locaux actuels, a réuni une importante collection ethnographique provenant des divers continents et dont la part africaine, pour l’essentiel, a été léguée par le général Louis Archinard.

Né au Havre le 11 février 1850 et mort à Villiers-le-Bel (Seine-et-Oise) le 8 mai 1932, Louis Archinard est souvent présenté comme le conquérant et le pacificateur de l’ex Soudan français (regroupant l’actuel Mali, Mauritanie, Guinée). Inconnue jusqu’à ce jour des spécialistes, la collection soudanaise qu’il a offerte à sa ville natale est malheureusement lacunaire (une partie a disparu au cours des bombardements de la dernière guerre) : on y trouve des armes, des textiles, des instruments de musique, un précieux coran ayant appartenu au Sultan Ahmadou Tall (1836-1898) et une exceptionnelle statuette féminine bambara.

Après lui, d’autres Havrais ayant vécu en Afrique enrichirent la collection du Muséum, comme le général Henri Amiel, né à Paris le 17 mai 1907, mort au Havre le 27 janvier 1976, grand résistant français et Compagnon de la Libération, qui séjourna durablement en Côte d’Ivoire, au Niger et en Oubangui-Chari.

Statuette féminine, BAMANA, Mali, 19e s. Bois, ivoire, perles en pâte de verre. Muséum d’histoire naturelle, Le Havre (don du général Louis Archinard) © Guillaume Boutigny

LE MASQUE, UN ART EN MOUVEMENT

Le masque en Afrique ne saurait se résumer au loup de bois sculpté posé sur le visage du danseur : cagoule, robe de raphia ou de tissu, plumes, clochettes ou autres accessoires font partie d’un tout complexe qui ne saurait être coupé du mouvement, de la danse, des musiques d’accompagnement, de la participation des spectateurs, ni surtout du rituel ou de l’institution à laquelle il se rattache.

Chez les Dan et les Wé du sud-ouest de la Côte d’Ivoire, les masques tendent à perdre leurs fonctions socio-religieuses et apparaissent lors des carnavals annuels dans un cadre essentiellement ludique et profane.

Dans tous les cas, ils constituent un patrimoine à la fois matériel et immatériel de grande importance pour les populations concernées.

Masque du Ndomo BAMANA, Mali, fin 19e s. Bois. d’histoire naturelle, Le Havre (don du général Louis Archinard)
Exposition « Le Havre - Dakar. Partager la mémoire », 24 juin - 31 décembre 2017 au Muséum du Havre.
Le dossier de presse

Site internet

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes, 10/08/2017. Tous droits réservés.