Exposition « Photographes de Guerre » (Mémorial de Verdun) 28 avril - 1er octobre 2017

- [Télécharger l'article au format PDF]

« Photographes de Guerre ». Depuis 160 ans, que cherchent-ils ? - Exposition temporaire au Mémorial de Verdun, 28 avril - 1er octobre 2017.
Affiche

La nouvelle exposition temporaire du Mémorial de Verdun, réalisée en partenariat avec l’Etablissement de Communication et de production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD) aborde le thème des « Photographes de guerre » et se tient du 28 avril jusqu’au 1er octobre 2017.

En cohérence avec la nouvelle approche très incarnée que propose aujourd’hui le Mémorial de Verdun, l’exposition s’interroge sur ces hommes qui partent avec leurs appareils au cœur des conflits.

Sont-ils des témoins muets qui se limitent à donner à voir ? Quel sens donnent-ils à leur quête ? Depuis les années 1850, des hommes partent au cœur des guerres et en rapportent des clichés. Une volonté de documenter la guerre naît, en concurrence avec les représentations graphiques et picturales traditionnelles. Ces photographes donnent à voir des images jusque-là inconnues du conflit, fragments d’une réalité invisible.

Avec cette exposition, le Mémorial souhaite mettre l’accent sur la personnalité de ceux qui photographient la guerre, à travers une diversité de profils de photo-reporters depuis les origines de la photographie de guerre jusqu’aux conflits contemporains.

Celle-ci se développe chronologiquement autour de seize figures de photographes, insérées dans une histoire des conflits couverts par leur travail depuis la guerre de Crimée (1855) jusqu’à nos jours.

La tension entre leur identité d’artiste, de témoin missionné ou encore d’acteur engagé est soulignée, en cherchant à dépasser le critère de la renommée et du succès médiatique. Chaque photo-reporter de guerre nourrit des relations particulières avec ses commanditaires, les sujets qu’il photographie et ceux qui regardent ses clichés. Aujourd’hui encore, ces environnements influent largement sur le sens de leurs missions et le résultat de leurs travaux. De même, l’évolution des techniques photographiques et des appareils constitue une contrainte pour le photographe tout en lui ouvrant un champ de nouvelles possibilités. La profession de photographe de guerre évolue au gré des conflits.

L’exposition présente à la fois des œuvres photographiques (épreuves originales et reproductions), des supports de presse et place le matériel photographique utilisé par les générations successives de photographes, au cœur du parcours pour montrer l’évolution des pratiques. Objets et documents personnels, portraits des photographes, incarnent les figures choisies : Roger Fenton, Mathew Brady, Felice Beato, Jimmy Hare, Gérald Michel, Jean-Baptiste Tournassoud, Edouard Brissy, Charles Grauss, Robert Capa, Germaine Kanova, Raoul Coutard, Gilles Caron, Patrick Baz, Véronique de Viguerie, Edouard Elias, le soldat de l’image représenté par trois photographes de l’ECPAD.

Une installation de 24 portraits de photographes de guerre contemporains réalisés par la réalisatrice et photographe Alizé Le Maoult, en hommage à ces hommes et ces femmes qui témoignent, vient conclure ce parcours. Dans ces portraits frontaux, photographiés au Leica, dos au mur, les regards des reporters viennent se confronter à ceux des visiteurs.

L’ECPAD met à disposition son riche fonds d’images et de matériel photographique. D’autres institutions comme les Archives Nationales, la Fondation Gilles Caron, Harry Ransom Center (Texas), International Center of Photography (New-York), Musée français de la Photographie (Bièvres), Musée Lucien Prévost (Gracay), le Service Historique de la Défense... apportent leur concours par des prêts.

Communiqué de presse

© Les services culturels de la Rédaction d’Historiens & Géographes, 13/03/2017. Tous droits réservés.