Un musée de la Résistance des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale Communiqué de presse / MRN

- [Télécharger l'article au format PDF]

Le MRN à Champigny salue la création du Comité pour la sauvegarde du Fort de Romainville et la création d’un musée de la Résistance des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Créé le 9 juin dernier, ce comité regroupe un large collectif d’associations, d’amicales et de personnalités représentatives de la mémoire de la Déportation et de la Résistance.

Le site du Fort de Romainville, retenu comme un site d’envergure métropolitain par la Métropole du Grand Paris dans le cadre de l’appel à projets urbanistiques « Inventons la Métropole », est amené à subir une profonde mutation. Dans ce cadre, le Comité entend agir pour la préservation du Fort de Romainville, en tant que haut lieu de la Mémoire. Entre 1940 et 1944, le site a joué un rôle central, au plan national dans la politique de répression des Nazis. « Réserve d’otages » fusillés ensuite au Mont-Valérien en 1942, il devient deux ans plus tard, le point de départ en déportation des femmes résistantes de toute la France. 40 % des femmes résistantes déportées passèrent par le Fort de Romainville.

C’est pourquoi le Comité s’engage à œuvrer pour la création d’un musée dédié aux femmes dans la Résistance dans l’enceinte du Fort de Romainville. Aucun lieu de mémoire en Europe ne leur est consacré. Le futur musée doit prendre pleinement sa place dans le projet urbanistique. Son intégration passe par le respect du site et de son histoire. Il s’agit de préserver la lisibilité du site dans un équilibre entre sauvegarde et innovation urbaine et paysagère.

Site internet du MRN à Champigny

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes via le Musée de la Résistance nationale (MRN / Lettre d’information numérique), 10/08/2017. Tous droits réservés.