Première édition de L’Histoire à venir (Toulouse) du 18 au 21 mai 2017 - « l’Histoire en train de se faire »

- [Télécharger l'article au format PDF]

Du 18 au 21 mai prochains aura lieu à Toulouse l’édition zéro de L’Histoire à venir, sous le parrainage de Patrick Boucheron. 4 jours de rencontres autour de l’histoire en train de se faire. Vous trouverez ci-joint le communiqué de presse. Le site et le programme détaillé seront disponibles dans les prochains jours.

La manifestation s’articulera en trois thématiques : un thème qui changera chaque année, et deux thématiques pérennes.

Du silex au Big Data (Thématique 2017)

En 2017, pour notre premier numéro, nous avons choisi d’explorer un thème au cœur de l’actualité et des enjeux contemporains : la question des données, vestiges et archives, autant de traces que nous laissons, et qui permettent de faire notre histoire.

Clic de souris, utilisation de portables ou de cartes bleues : nous devenons tous, en effet, de plus en plus « traçables ». Des bases de données immenses, les Big Data, sont en train d’être constituées à partir des traces que nous laissons. Comment sont elles produites et rassemblées ? Où sont-elles stockées ? Qui les utilise, comment, et dans quel but ? Une société du Big Data se profile-t-elle ? Les traces que nous laissons permettent-elles de nous contrôler et de nous gouverner ? Quelles marges de manœuvre reste-t-il aux citoyens ?

Nous voudrions montrer que les chercheurs en histoire, archéologie et plus généralement en sciences sociales, dont le travail consiste précisément à faire parler les traces et les données, ont une compétence critique qui peut aider à mieux comprendre les enjeux du Big Data. En faisant ainsi dialoguer archives du passé et présent numérique, méthode historique et débat citoyen, nous réfléchirons à ce que sont véritablement les données et à ce que l’on peut en faire. Les chercheurs et le public pourront ainsi discuter autour de ces questions décisives pour notre avenir. Les données sont-elles « vraies » ? Que disent-elles de la réalité ?

Comment allons-nous constituer et conserver les archives de demain ? Peut-on prédire l’avenir par l’analyse des données sur le passé ?

Histoire et démocratie

L’histoire a toute sa place dans le débat politique et doit nous aider à interroger et comprendre les questions contemporaines. Loin d’être un récit figé et nostalgique, elle rappelle constamment les débats du passé et les futurs possibles.

Ainsi, les chercheurs seront invités à se positionner sur « ce que peut l’histoire » aujourd’hui. Comment détecter les lignes de force, de faille ou de fuite du présent ?

Que devient l’histoire, en tant que métier, approche et méthode ? Comment la transmettre aux générations à venir ? Comment s’inscrit-elle dans le pacte entre la démocratie et le savoir ?

Écrire l’histoire

Pour écouter et questionner les chantiers actuels et futurs de l’histoire mais aussi pour en montrer la fabrique, nous débattrons des manières d’écrire l’histoire et de la raconter pour mieux la penser.

Tous les récits ne se valent pas. Si le savoir n’est jamais définitif et doit être questionné, son élaboration répond à une démarche méthodologique et scientifique qui, à la fois, réinterroge les sources connues, archéologiques, écrites et orales, iconographiques et audiovisuelles, et en même temps intègre de nouvelles découvertes ainsi que les apports d’autres disciplines, l’art, la littérature ou les sciences de la nature. C’est à la découverte de cette chimie que nous inviterons le public à réfléchir et à débattre.

Le dossier de presse

Site internet

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes via le Comité d’organisation des rencontres L’histoire à venir. Le 11 avril 2017. Tous droits réservés.