La première heure de cours... Quelques conseils pragmatiques pour bien démarrer dans le métier

- [Télécharger l'article au format PDF]

Qui ne se souvient pas, parmi les enseignants, de la première heure devant sa première classe ? La première rentrée engendre souvent autant d’espérances que d’angoisses : ferai-je bonne impression ? Saurai-je « gérer ma classe » ? Comment préparer mon premier cours ? Comment ne pas commettre de maladresses dès le début de l’année ? Comment instaurer une relation de respect et d’autorité tout en étant bienveillant et encourageant ?
Comme il n’y a pas de première heure absolument idéale, il n’y a pas de recette miracle et vous serez tous entourés par vos conseillers pédagogiques, formateurs et plus largement vos collègues : c’est une année où vous allez découvrir le bonheur de transmettre tout en réfléchissant à vos pratiques, en vous adaptant à votre classe, à vos objectifs… Mais nous avons pensé que vous pourriez peut-être avoir besoin d’un récapitulatif pragmatique en cas de pic d’adrénaline – car oui, nous sommes tous passés par là !

Soyez organisés : profitez de la pré-rentrée pour identifier les collègues avec lesquels vous allez travailler dans chaque équipe ; repérez en particulier le professeur principal des classes qui vous sont confiées, assurez-vous d’avoir récupéré les clés nécessaires au bon déroulement de votre journée, repérez vos salles et regardez comment elles sont organisées, relevez le matériel disponible dans celles-ci ainsi que dans le labo d’histoire-géographie, le CDI.

La Vie scolaire est importante : sachez comment elle fonctionne dans l’établissement où vous effectuez votre stage ; rencontrez les CPE pour savoir quelle conduite adopter dans le cas d’un retard ou d’une absence d’élève.

Devant les élèves : vous aurez sans doute hâte de commencer le cours mais ne le débutez jamais dans le brouhaha, alors que les élèves gagnent encore leur place, sortent leur matériel. Au collège vous pouvez leur demander de se mettre en rang devant la salle et les faire entrer dans celle-ci quand ils sont calmes : en pénétrant le premier dans la salle et en vous postant près de la porte, vous pourrez les saluer.

Une fois les élèves entrés, ne vous précipitez pas tant qu’ils ne sont pas à leur table ; dans un premier temps, restez debout pour voir toute la classe, montrez-leur que vous attendez le calme. Une fois celui-ci instauré, prenez la parole pour vous présenter et leur souhaiter la bienvenue dans leur classe, vous féliciter de tout le travail que vous allez accomplir ensemble au cours de cette année ; vous pouvez alors leur demander d’écrire leur prénom sur une feuille de papier qu’ils plieront sur leur table pour fabriquer un petit lutrin, distribuer une fiche d’informations à remplir.

En faisant l’appel, regardez bien les élèves, il faut avoir croisé le regard d’un maximum d’entre eux au terme de votre première heure ; afin de ne froisser aucune susceptibilité, prévenez dès le début que vous risquez d’écorcher leur nom mais que vous noterez la prononciation pour ne pas renouveler l’erreur.

Essayez bien sûr de maîtriser votre gestuelle : bannissez les gestes désordonnés ou nerveux ; déplacez vous un peu dans la classe mais assez lentement, en vous retournant de temps à autre pour voir l’ensemble des élèves ; il ne s’agit ni d’être un sphinx ni de donner le tournis aux élèves. Veillez aussi à votre voix, que vous allez travailler durant toute votre carrière (elle doit être suffisamment forte mais rassurante).

Même si vous êtes très loquace, veillez à ne pas trop délivrer d’informations simultanément. Les règles peuvent se mettre en place au fil de l’heure : le premier élève qui prend la parole sans lever le doigt vous permettra par exemple de rappeler qu’il est nécessaire de respecter cette règle connue depuis l’enfance. Pensez à bien préciser toutes les informations qui aideront les élèves à se projeter dans l’année avec vous : le matériel et la tenue des cahiers ou des classeurs, les devoirs qui seront vérifiés et effectués avec soin, les sanctions si ceux-ci ne sont pas terminés - ou si un cahier est oublié -, les évaluations, vos objectifs. Ne soyez jamais trop bavard ou trop long sur ces aspects liminaires : un enseignant s’impose par le cours délivré sur ses disciplines et le travail doit être amorcé le plus vite possible.

Si des élèves s’agitent, discutent, commentent ce que vous dites : ne vous crispez pas et ne haussez pas la voix au moindre bavardage mais restez exigeant pour rétablir le calme. Si le comportement d’un élève s’avère problématique, prévenez calmement et fermement l’élève que vous demanderez une sanction mais ne promettez pas des punitions à tort et à travers : quand une sanction est annoncée, elle doit être tenue pour ne pas perdre tout crédit. Il faut donc vous montrer juste et mieux vaut consulter votre conseiller pédagogique et voir ce qu’il convient de faire, en fonction de la gravité du geste ou des paroles, avec les CPE. Et que cela ne vous désespère pas : c’est aussi grâce à ces élèves que nous apprenons le métier et que nous forgeons notre profil d’enseignant !

En vous souhaitant une belle entrée dans le magnifique métier que nous partageons,

Le bureau national de l’APHG.

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes - Tous droits réservés. 29/08/2019.