Exposition Autour de Geneviève Claisse au Cateau-Cambrésis Musée Matisse

- [Télécharger l'article au format PDF]

Un musée du département du Nord.
Musée Matisse Palais Fénelon
Place du Commandeur Richez –B.P.70 056
59360 Le Cateau-Cambrésis
Tél : 03 59 73 38 00, ouvert tous les jours, de 10hà 18 h, fermé le mardi

Exposition ouverte du 18 avril au 20 septembre 2015.

Notes sur l’Exposition autour de Geneviève Claisse

Le vendredi 17 avril 2015, la Rédaction de la revue Historiens & Géographes a visité l’exposition, en partenariat avec le Musée de Cambrai, avec l’artiste Geneviève Claisse et le commissaire de l’exposition Patrice Deharpe directeur du Musée départemental Matisse.

Un peu d’histoire autour de l’artiste

Geneviève Claisse est née à Quiévy en 1935. Elle est devenue une artiste contemporaine de premier plan dans le domaine de la peinture abstraite géométrique.
Elle bénéficie très tôt de l’intérêt de son oncle, Auguste Herbin, bien connu au Cateau-Cambrésis (une exposition de ses œuvres a eu lieu précédemment). Elle va travailler dans son atelier comme assistante. Dans l e même temps, sa rencontre avec Denise René, galeriste à Paris, lui ouvre la voie du succès.
Sa carrière prend son envol après sa série des Cercles (1960).

Geneviève Claisse a 60 ans de carrière derrière elle. Dès le début, elle prend à cœur d’élaborer des formes inédites et de les renouveler régulièrement. Ce qui conduit à des changements de style qui jalonnent sa production.

Deux directions principales donnent sa cohérence à l’œuvre : l’utilisation d’un vocabulaire construit fondé sur la juxtaposition de formes simples contrastées fortement par l’emploi de couleurs franches et un fort attrait pour l’art optique.

Visite avec l’artiste et le Directeur du Musée

Patrice Deharpe propose une visite soit selon un ordre chronologique ou inversement, commencer par les dernières œuvres de l’artiste. La visite se fera en commençant par les œuvres les plus récentes et en remontant dans le temps. Les quelques notes prises sont intéressantes dans la mesure où le Directeur du Musée interroge l’artiste qui répond à sa façon sur ses œuvres et les différentes séries qui ont constitué les grandes étapes de son parcours de peintre.

L’artiste a fait don de 12 œuvres qui constituent l’épine dorsale de l’exposition et qui jalonnent le parcours.

L’exposition retrace le travail de Geneviève Claisse de 1955 à 1995 aux yeux desquels « il faut affirmer quelque vérité passée à la trappe ».
Ecolière, elle découvre l’abstraction géométrique, unique façon pour elle d’aborder la peinture. Avec beaucoup de surprise, elle découvre le travail d’Herbin qui est de sa propre famille et qui est un artiste phare.

Elle naît à la période des cercles, des carrés. Ce qui va lui permettre de passer à l’abstraction. Ses premières activités tournent autour de la couture. « Pour avoir de l’argent de poche et acheter mes peintures » dit l’artiste.
Elle débute par le dessin et la gouache.

Entretien avec l’artiste

(2015) Traits verticaux de 2cm à 8m Série des rythmes normés

« Je voulais faire des colonnes le plus haut possible en diagonale. J’ai toujours aimé les grands tableaux. Un tableau pour être bien construit doit être grand. J’indique en bas du tableau des petites croix pour le retravailler ».

Série des couleurs. Jeu entre les lignes, glissement qui fait la dynamique qui ressort du tableau. Elle s’intéresse à la philosophie de Marcuse qui réglait les problèmes de la société de l’art.
Elle exprime la volonté d’apporter l’art dans la ville (sculpture … dans l’espace public)
L’art doit être social. Œuvre demandée pour la Place d’Italie à Paris. L’œuvre ne doit pas bloquer l’espace. Idée de circulation.

Rencontre avec la galeriste D. René qui défend l’abstraction géométrique.

L’artiste « je ne suis pas capable d’aller vers les autres » D. René était intéressée par mon travail d’artiste. Elle rassemblait autour d’elle des collectionneurs du monde entier.

Rencontre avec Vasarely.

« Mais mon travail est un travail en solitaire ».
Sa ligne devient forme puis couleur. Série des triangles (1965) sortis en même temps que les carrés. Reprise ensuite des cercles. C’est un travail intuitif.

En 1968, première exposition à Paris. « C’était le 13 mai et j’ai pensé « ils vont tout casser ». Vasarely viendra à sa première exposition. Alternance entre des couleurs froides et des couleurs chaudes ».

Période des triangles mais aussi du mobilier en noir et blanc. Style gothique moderne
« J’ai toujours aimé être environnée par mes œuvres ». « Certaines restées chez ma grand-mère étaient cachées par des rideaux. Pas de regard extérieur ».
« J’ai aussi tout de suite souhaité travailler en 3 dimensions. Prolongement entre sculpture et tableau. Je voulais raconter une histoire ».
Le mouvement dans les triangles. Idée de voyage.
« Donner pour exister ce n’est pas dans ma morale »

Elle va travailler pour des jardins publics ; le hall d’entrée à la régie Renault …
Pendant 6 ans, elle travaille les cercles (la boule bleue). Les premiers papiers découpés datent de 1954.

Elle rencontre Herbin très tôt. « Herbin entre dans la communication comme on entre en religion ».
« C’était un artiste très discipliné, qui travaillait énormément. Je n’avais pas donné d’importance à Herbin. Il est venu prendre un café dans la famille. Ce n’est pas le hasard mais le destin ».

L’environnement

Le département du Nord et ses industries textiles. Comme le dit l’artiste « on peut s’intéresser à la région et à son histoire avec les industries du textile ».

Animations et ateliers

De nombreuses animations sont proposées pour les enfants, petits et grands, les scolaires (un programme quotidien détaillé est disponible sur le site internet et à l’accueil du Musée, au 33 (0)3 59 73 38 06

Un dossier pédagogique réalisé par Patricia Prévost, Professeur d’Arts Plastiques, chargé de mission au Musée départemental Matisse est proposé aux élèves.

Au sommaire : des repères biographiques sur Geneviève Claisse, De la conception à l’exécution Histoire des Arts (art et mouvement, l’aventure de l’art abstrait, couleur et sciences), Qu’est ce que la couleur ? Pourquoi mon œil voit les couleurs ? Couleurs et illusions : je n’en crois pas mes yeux ! ; Expérimentations à toi de jouer : Comment créer un tableau optique ? Comment créer des toupies optiques ? Comment créer une image cinétique ? Comment créer un relief cinétique ? version pour un élève novice et version pour un élève confirmé.

Animations et visites commentées pour les groupes :

Renseignements et visites commentées pour les groupes : 03 59 73 38 03
Activités pour individuels
Renseignements et réservations : 03 59 7338 03

Le voyage était organisé par l’Agence Observatoire.

Contatcts :

Le Musée de Cambrai
15, rue de l’église 59 400 Cambrai
Tel :03 27 82 27 90
Courriel : musee.cambrai@wanadoo.fr

« Le Musée de Cambrai s’associe à la présentation par le Musée Matisse de l’exposition sur Geneviève Clisse en organisant aux mêmes dates, un accrochage dans son parcours permanent mettant en valeur les artistes femmes de l’abstraction géométrique présentes dans les collections des deux musées. Prenant comme pont de départ le travail de Geneviève Claisse, cet accrochage propose une lecture de la ligne dans le travail d’artistes d’une génération contemporaine de Geneviève Claisse-Ode Bertrand, Marie-Thèrèse Vascosin, Eve Gramatziki- et antérieure, Gudrun Poper, Aurélie Nemours, Marcelle Cahn. A l’heure des questionnements récents sur l’apport des études de genre à l’histoire de l’art, il s’agit également de poser un regard sur les œuvres de cette génération de femmes qui ont délibérément choisi l’abstraction géométrique, art souvent considéré, par la pensée moderne occidentale, comme masculin de par son aspect droit et autoritaire. »

En savoir + en pièce jointe.

Voir en ligne : Musée Matisse du Cateau-Cambrésis

Blanche DEFERNEZ pour la Rédaction d’Historiens & Géographes - 09/05/2015. Tous droits réservés.