Exposition Picasso Mania au Grand Palais Jusqu’au 21 février 2016

- [Télécharger l'article au format PDF]

Ouvert le lundi, jeudi, dimanche de 10h a 20h, nocturne le mercredi, vendredi et samedi de 10h à 22h, fermé le mercredi sauf pendant les vacances scolaires.

100 chefs d’œuvres, dont certains n’ont jamais été montrés sont confrontés aux grands maître de l’art contemporain : David Hockney, Jaspers John, Roy Lichentstein, Warhol, Jean -Michel Basquiat.

Pablo Ruiz est né à Malaga le 25 octobre 1881, mort près de Mougins le 8 avril 1973, peintre, dessinateur, sculpteur. Après des études de dessin auprès de son père, professeur de dessin il part rejoindre Barcelone et son Ecole des Beaux Arts La Lonja, puis l’Académie royale Arts de San Fernando de Madrid. En 1901, il adopte le patronyme de sa mère Picasso pour signer ces tableaux. A partir de 1904, il s’installe à Paris où il vit au Bateau Lavoir et fait la connaissance de poètes comme Apollinaire, Max Jacob, de peintres comme Matisse, Braque. Après la Seconde Guerre mondiale, il s’installe définitivement dans le Midi.

Sans titre (Picasso) - 1998 - Maurizio Cattelan DR.

A la fois chronologique et thématique, le parcours retrace les différents mouvements de la réception critique et artistique de l’œuvre de Picasso, les étapes de la formation du mythe attaché à son nom. Aux grandes phases stylistiques, à certaines œuvres emblématiques de Pablo Picasso, telles Les Demoiselles d’Avignon, 1907, représentées ici par une copie comme Guernica, peint en 1937 ont répondu des œuvres contemporaines de Hochkney, John, Lichenstein, Kippenberger, Warhol, Bacquiat, Jeff Koons.

La salle consacrée à la guerre et la paix est très intéressante pour l’enseignant de 3e et de 1re qui permet de voir les tableaux autour de Guernica (1937), peint pour le pavillon espagnol de l’exposition universelle de Paris en 1937. Il dénonce les cultes de la guerre menée par Franco, le bombardement de cette petite ville par les avions allemands, mais aussi les horreurs de toute guerre. Après la Seconde Guerre mondiale, il peint des œuvres contre la guerre (La joie de vivre et La guerre et la paix). C’est l’auteur de la colombe pour le Congrès mondial de la paix en 1949. N’oublions pas le dessin qui choqua les thuriféraires de Staline lors de la mort du dictateur, en 1953.

A la fin sa vie il peint une série érotique pour les couples. Certains tableaux de la dernière période, médiocres, il est vrai, sont exposés au grand dam des admirateurs du peintre.

L’exposition permet de suivre les influences qu’a suscitées l’œuvre de Picasso chez ses contemporains, en particulier ceux qui rejetaient une histoire de l’art linéaire, le progressisme, selon les peintres de la période Pop, une véritable falsification qui entendaient « déconstruire », s’inscrire dans le post-modernisme. La peinture en série de Warhol d’après Picasso, les reprises inlassables de Picasso par Erro témoignent du rayonnement du peintre universel.

Pour les jeunes visiteurs  : Application sur Appstore, pour IPAD

Destiné aux enfants de 8 à 12 ans, il présente quelques uns des principaux chefs d’œuvre de Picasso. Il raconte comment d’autres artistes se sont inspirés du maître.

L’enfant traverse un parcours de 24 tableaux qui ponctuent la vie de l’artiste et sont accompagnées d’un texte court écrit par Elizabeth de Lambilly, auteur de nombreux ouvrages de découverte de l’art.

Après la découverte, le jeu. A travers un quizz, l’enfant peut valider ses acquis de connaissance et se livrer au jeu de Cherche et Trouve les jeux de 7 erreurs ou au jeu de mémoire.

Commissaire général de l’exposition : Didier Ottinger, Directeur adjoint du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou.

Commissaires : Diana Widmeier Picasso, historienne de l’art, Emilie Bouvard, conservateur au Musés national Picasso.

Site internet

Les services culturels de la revue Historiens et Géographes. Le 12 janvier 2016 - Tous droits réservés.