Les 10 ans du Centre national du costume de Moulins (Allier) Compte-rendu de la rédaction

- [Télécharger l'article au format PDF]

Compte-rendu de la visite de presse du Centre National du Costume (CNC) de Moulins.

Par Blanche Defernez [1]

Une vingtaine de journalistes (grande presse, revues, dont Historiens & Géographes) se sont retrouvés ce 8 avril 2016 à Moulins pour visiter le CNCS à l’occasion de l’anniversaire de ses 10 ans, grâce au voyage organisé par l’Agence de communication Pierre Laporte.

Les Commissaires scientifiques, Mme M. Cahn et Mme Massip étaient présentes, ainsi que M. William Christie, directeur et fondateur du groupe orchestral des Arts florissants et, bien sûr, la directrice du Musée, Mme Pinasa et ses collaborateurs et collaboratrices.

Le groupe de presse était important, la visite s’est faite soit avec Mme Cahn, soit avec Mme Massip.

Historique de l’installation du CNC

Mais avant même le début de la visite, Mme Pinasa a tenu à rappeler l’historique du lieu : ancienne caserne d’abord de cavalerie (avec à l’étage des chambres pour les cavaliers), puis gendarmerie où étaient logés les gendarmes et leurs familles. Ce qui en fait un grand bâtiment avec ses annexes …

Centre national du costume de scène de Moulins en décembre 2015. CC

Le bâtiment est passé dans les mains de la Ville de Moulins. En 1984, un projet de destruction de l’ensemble a été lancé et mis en partie à exécution. Mais les bâtiments qui restaient ont été classés Ce sont alors les Monuments historiques qui se sont ré-appropriés ces bâtiments pour en faire une réserve pour les costumes de l’Opéra de Paris.

En 1995, a été créé le Centre national et départemental du costume. Grâce à la départementalisation, à la régionalisation à présent, les arts sont mis en valeur hors de Paris et cela permet à des régions comme l’Auvergne (Rhône Alpes-Auvergne) de trouver un autre public, l’été, qui vient visiter la région.

Le CNC a pour mission la conservation des costumes des spectacles vivants et aussi des costumes de l’Opéra comique … en tout, on compte 10 000 costumes. Deux expositions ont lieu chaque année et une exposition permanente qui occupe 100m2 (collection Noureev).

Le bâtiment a été aménagé et adapté pour la conservation des costumes et la valorisation des collections (costumes prévus pour les spectacles, scénographie avec un concept théâtral à la base), l’équipe du Musée se compose d’une trentaine de personnes. Il est ouvert 7 jours sur 7 et toute l’année.

Une attention toute particulière a été donnée en direction des publics jeunes, des publics « empêchés » (porteurs d’un handicap). Des jeux sont prévus pour les scolaires. Une tablette leur est remise lors de la visite. Un travail se fait également entre des jeunes de Bobigny et l’équipe du musée.

Cette année pour fêter les 10 ans d’anniversaire du Centre, un bal costumé est prévu en juillet et une retransmission en direct avec l’opéra de Lyon de L’enlèvement au Sérail. En août, il y aura une projection et est prévue l’extension de cette projection.

Il y a aussi le centre de documentation, les dessins de Christian Lacroix, les maquettes de costumes pour les spectacles … Une dizaine de lieux à l’international ont pu bénéficier des expositions du CNC : Saint-Saint-Pétersbourg, Madrid, San Franscico … Une étroite collaboration existe entre Moulins, Caen, Strasbourg, Madrid.

Les plus anciens costumes datent du 19e siècle. Ils viennent de la Comédie française (habits, gilets portés pour les comédies de Marivaux, Beaumarchais …)
Dès les années 1960, les matières synthétiques remplacent la colle … Cela facilite le travail. Pour un Opéra comme la Belle au bois dormant, il faut compter 120 costumes. Les éclairagistes sont du personnel occasionnel.

Centre national du costume de scène de Moulins en décembre 2015. CC

L’exposition du Baroque. Les Arts florissants. [2]

Exposition sur les Arts florissants : du 9 avril 2016 au 18 septembre 2016. Site internet : http://www.cncs.fr/barockissimo-les...

Première vitrine : celle du Malade Imaginaire de Molière

Les costumes sont portés pendant le « Grand Siècle » à Versailles (il s’agit d’un prêt). Un panneau indique l’œuvre et la composition. Les cartels sont écrits de façon à ce que tout un chacun puisse les lire.

Les musiciens à l’honneur sont principalement Rameau, Lully et Handel (et non Haendel, orthographié selon l’époque).

Une vitrine entière est consacrée aux « Indes galantes ». Les costumes sont de Patrick Cauchetier. Le dieu soleil rayonne entouré de costumes éblouissants. Ces costumes ont pu être refaits grâce au don d’un américain.

Mini-histoire de l’Opéra :

Il vient d’Italie, puis arrive en Grande-Bretagne et en France.

Vitrine Purcell, avec l’opéra « La reine des Fées » Le costume de Néron, porté par Jarulski dans le rôle (production du théâtre de Madrid).

Costumes à la romaine La production a été faite à Caen. Les costumes sont conservés à Caen.

Les couleurs sont symboliques et les personnages appartiennent tous à la mythologie

  • Vitrine sur les Parques : avec Neptune en bleu et Jupiter en doré.
  • Vitrine du metteur en scène J.L. Bondy
  • Vitrine de Christian Lacroix œuvres pour les arts florissants
  • Vitrine sur « La flûte enchantée » de Mozart, reprise en 1980 par l’Opéra de Paris (Champs Elysées)
  • Vitrine sur les Boréals (Arcina et Armide)
  • Vitrine sur Theodora (opéra donné aux champs Elysées en 2015) : la conversion au christianisme. Les communautés des Balkans.
  • Puis retour sur Rameau, Daphnis et Eglé
  • Vitrine : Phèdre : mise en valeur de la danse
  • Une perruquière de l’Opéra est venue tout exprès pour confectionner les coiffures.
  • Vitrine de Hippolyte et Ariche (1733)
  • Enfin, vitrine des Indes galantes avec têtes de Turcs, du Pérou, ses Indiens d’Amérique…

La visite du Centre ne serait pas complète sans la visite des réserves, impressionnantes et qui permettent de garder les costumes portés par de prestigieux acteurs, chanteurs, cantatrices …

Centre National du Costume de Scène et de la Scénographie, à Moulins (Allier), 2008. CC

Celle exposition marie un groupe orchestral, le groupe de William Christie, chef d’orchestre et fondateur du groupe des Arts florissants [3] et les costumes d’Opéra, la scénographie … et permet à tout un chacun de redécouvrir les musiques de Rameau, principalement, de Handel et un peu de Lully. Malheureusement, pour différentes raisons, Charpentier n’a pu être mis à l’honneur également. Il ne faut pas oublier les nombreuses vidéos qui permettent de se remémorer les différents Opéras revus à travers les costumes.

Enfin, on signalera la restauration dans la magnifique salle décorée par Christian Lacroix, le vestiaire, le coin librairie...

Un déplacement à Moulins s’impose cet été !

Centre national du costume de scène
Route de Montilly, 03000 Moulins
04 70 20 76 20
http://www.cncs.fr/

© Blanche Defernez - Tous droits réservés. 9 avril 2016.

© Les services de la Rédaction d’Historiens & Géographes, 21/07/2016. Tous droits réservés.